Ils nous avaient emballés façon cerise sur le gâteau, il y a deux ans avec leur album « Mo Jodi » (Pias). On attend un nouveau brulot pour l’année 2021.

Portrait du trio Delgrès le 19 juin 2018 à Paris.
Portrait du trio Delgrès le 19 juin 2018 à Paris. © AFP / STEPHANE DE SAKUTIN

Le trio qui compose Delgrès, Pascal Danae, Baptiste Brondy et Rafgee, ne sonne toujours pas comme les autres. 

Les Antilles sont toujours au cœur de ce projet, le structure, lui donne une langue, et une musicalité qui comme les îles des caraïbes ont des ramifications, en Amérique, en Afrique en Europe et pour le coup plus particulièrement en France métropolitaine. 

Leur nom est un hommage à louis Delgrés, Louis Delgrès. En 1802, ce colonel d’infanterie de l’Armée française a préféré la mort après s’être rebellé contre les troupes napoléoniennes venues rétablir l’esclavage. 

Leur musique est aussi le porte-voix, de l’histoire des Antilles Françaises, comme en témoigne ce premier extrait  qui puise son inspiration dans l’histoire personnelle du père de Pascal Danaé, arrivé des Antilles en 1958 pour travailler en métropole, "4 Ed Maten" (4 heures du matin) est un hommage aux travailleurs de tous les horizons, et à leurs combats quotidiens pour leur subsistance et celle de leurs familles. 

Pour ceux qui n’ont rien, le soleil se lève toujours plus tôt : "4 Ed Maten".

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.