Ce documentaire sort au moment où les nouvelles de la santé d’Eric Clapton ne sont pas vraiment bonnes, puisqu’il est atteint de neuropathie périphérique, qui affecte son jeu de guitare. Le film de Lili Zanuck, apparaît alors comme un témoignage de premier ordre.

Le guitariste, chanteur et compositeur de blues et de rock, Eric Clapton en concert à Hyde Park le 8 juillet 2018 à Londres.
Le guitariste, chanteur et compositeur de blues et de rock, Eric Clapton en concert à Hyde Park le 8 juillet 2018 à Londres. © Getty / Brian Rasic / WireImage

Premier bon point, il s’agit pour une fois d’un documentaire fait du vivant du protagoniste : Eric Clapton a laissé la réalisatrice de film, Lili Zanuck, raconter à la fois l’histoire d’un musicien, mais aussi les affres qu’il a traversé. Et comme Clapton a toujours été un homme discret, ceci tient du tour de force. 

Le film commence par l’hommage d’Eric Clapton à son idole, BB King, en 2015, le jour du décès de ce dernier. Il s’achève par ce même BB King, assis sur scène comme il en avait l’habitude, tenant un discours émouvant, sur son ami Clapton.  

« Life In 12 Bars » est finalement l’histoire d’un garçon dont la vie aurait pu être celle d’une chanson imaginée par un bluesman du Delta. Lili Zanuck raconte :

Les longues heures d’entretien que j’ai enregistré avec Eric se sont révélées extraordinaires. Même si nous étions amis depuis 25 ans, j’ai choisi de ne pas partir du principe que je le  "connaissais". Nous nous sommes retrouvés à évoquer des choses dont nous n’avions jamais parlé, des choses qu’Eric avait oublié, ou auxquelles il n’avait pas forcément réfléchi.

Le film de Lili  Zanuck privilégie les archives personnelles, les photos commentées, les documents audio, et quelques vidéos personnelles. Un moyen de comprendre pourquoi dans les sixties, les murs de Londres étaient recouverts de graffitis prônant « Clapton Is God »

« Eric Clapton : Life In 12 Bars » est un film France Inter.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.