Eh oui, "réjouissez-vous" car deux géants de la musique africaine se rencontrent et cela donne "Rejoice" !

Tony Allen et Hugh Masekela - 'Rejoice' - label : World Circuit
Tony Allen et Hugh Masekela - 'Rejoice' - label : World Circuit © Capture d'écran/Youtube/World Circuit

O'Galajani : Robbers Thugs and Muggers : Sois prudent : Ces voleurs, ces voyous, ces bandits te voleront ton argent  ils feront tout pour te tromper, sois prudent, ils te battront »

C'est dit avec swing mais c’est tout de même avec un avertissement que commence ce disque de Tony Allen et Hugh Masekela, Rejoice sorti vendredi dernier, et ce disque merveilleux c'est à peu près tout ce que vous pourrez trouver de tangible de la rencontre entre ces deux grands musiciens. 

D'abord parce que Hugh Masekela est mort depuis deux ans et que cet enregistrement (resté secret) c'est la seule trace de leur rencontre en studio en 2010 ; ensuite parce que les concerts que devait donner Tony Allen, (notamment le prochain très attendu à L'Embarcadère d'Aubervilliers pour Banlieues Bleues le 3 avril) vous l’imaginez, a du être annulé. 

Peut-être ceux de Londres et de Lisbonne (après cet été) seront maintenus, en tout cas il faudra en France attendre novembre, si tout va bien, et l'Opéra de Limoges pour entendre et voir sur scène le batteur légendaire. 

Se réjouir quand même, il y a de quoi dans ce disque post-mortem où Hugh Masekela vous le dit : 

Réjouissez-vous, voilà Tony »

Lagos ne sera plus jamais la même sans Fela ou encore ici Réjouissez-vous voici Tony, Tony Allen, le défunt trompettiste Sud-Africain, Hugh Masekela, salue son alter ego, le batteur Tony Allen. 

Ce sont là deux figures de deux grands genres qui se rencontrent : Tony Allen c’est le batteur de Fela Kuti, l’inventeur de l’Afrobeat, ce genre créé au Nigéria dans les années 70 qui a touché le monde entier. 

Hugh Masekela lui, en 50 ans de carrière a multiplié les expériences : proche de Miriam Makeba il a été à la fois un témoin politique, un combattant de la cause antiségrégationniste mais aussi un trompettiste virtuose et versatile, capable de côtoyer Harry Belafonte, Dizzy Gillespie, Paul Simon, de toucher à tous les styles.

Bref, c’est une rencontre au sommet. 

Et les légendes sont ici bien entourées par d'excellent musiciens de la jeune garde anglaise : notamment Joe Armon-Jones (clavier d'Ezra Collective) ou encore Mutale Chashi (bassiste du groupe Kokoroko dont on parle beaucoup (Jean-Baptiste Audibert qui était à ce micro la semaine dernière est un grand fan…).

On décolle avec ce dernier titre de l’album We’ve landed : (je vous traduis en gros), vous les gars travaillez sans cesse et pourtant vous en riez.

Tony Allen et Hugh Masekela - 'Rejoice' - label : World Circuit   

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.