C'est en effet alors qu'elle travaillait sur ce nouvel album, que deux évènements majeurs sont venus bouleverser la vie de la jeune femme : la disparition de son père, Jacques Higelin, et la naissance de son fils.

"Citadelle" le nouvel album d’Izia, est comme un trait d’union entre son père et son fils
"Citadelle" le nouvel album d’Izia, est comme un trait d’union entre son père et son fils © AFP / Laurent EMMANUEL

"Citadelle" car c’est à Calvi qu’est né ce 4ème album d’Izia. Un album qui marque les déjà dix ans de carrière de cette -même pas- trentenaire. Un album qui l’aura vu porter son enfant et le deuil de son père. 

Un album charnière et charnel.

Et quel meilleur endroit que la citadelle de Calvi, qui accueille en ses murs la famille Higelin depuis maintenant quelques décennies, pour servir de cadre à ce recueil d’émotions puissantes, sincères, bouleversantes. Ainsi, avec la chanson « Calvi », Izia fait écho à son père, citoyen d’honneur de la fière citadelle corse.

« Citadelle » marque donc un tournant majeur dans la vie d’Izia. Moment qu’elle nous fait partager avec force et simplicité. Un album plein de souvenirs, de messages, de lumière et de vie. 

Un album qui de titres en titres, tisse et entremêle liens du sang et liens du cœur. Un album qui interroge aussi sur notre monde, parfois source d’angoisse. Et qui finit sur le message d’espoir d’une mère pour son fils.

Liens du sang donc, avec le fils (« Que tu saches ») , le frère (Arthur H. qu’on entend dans « Sentiers ») et le père évidemment... Mais aussi liens du cœur, avec la famille musicale qu’a choisi Izia, et à travers laquelle elle se reconnait : Bastien Burger le fidèle complice, Lescop et Fred Poulet pour quelques textes choisis, mais aussi ceux qu’elle considère comme ses parrains de chansons : Jeanne Added et Dominique A. 

Un album sur lequel plane aussi, bien sûr, l’esprit du pére, Jacques Higelin, avec lequel Izia vivait une relation fusionnelle, et qui a disparu en avril 2018. De lui, elle dit ceci :

C’est quand même une chance et une joie d’avoir un père qui a laissé une marque aussi forte dans la musique et dans le cœur des gens. Quand on me parle de lui, c’est comme s’il était immortel.

Jacques Higelin hante donc en malicieux fantôme les rues de cette « Citadelle » vibrante et passionnée qu’a érigée sa fille. A travers les titres « Calvi », « Idole », « Eidarri » ou encore  « Dragon de métal », une chanson dans laquelle Izia évoque tout en douceur, le manque qu’elle a, de ce père extra-ordinaire. 

L’album "Citadelle" d'Izia est sorti le 11 octobre (Barclay).

Izia est actuellement en tournée dans toute la France. 

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.