Mystérieux, insaisissable, véritable phénomène dans toute l’Italie, le napolitain Liberato vient de sortir officiellement son premier album en France.

Liberato : "Tu T’E Scurdat’ E Me" (2017)
Liberato : "Tu T’E Scurdat’ E Me" (2017) © Capture d'écran/Youtube/Site de Liberato

Depuis son apparition sur la scène musicale Napolitaine en 2017, Liberato est un phénomène en Italie. 

Son premier album, sorti là-bas au mois de mai dernier, y rencontre un énorme succès, avec des compteurs de streams qui s’affolent, des millions de vue sur Youtube et des salles de concerts totalement pleines dans toutes les villes d’Italie.

Au-delà de sa musique, ce qui caractérise Liberato, c’est le mystère qui l’entoure. On ne connait pas son visage, car il apparaît systématiquement planqué sous une capuche. Son identité est également inconnue, et est l’objet de nombreuses spéculations plus improbables les unes que les autres. 

Ce qui fait la force de Liberato, c’est évidemment sa musique, mais également tout l’univers visuel de son projet artistique, remarquable.

Ce que l’on sait de Liberato, c’est qu’il est un artiste-chanteur Napolitain, qui représente sa ville, sa région, sa culture et son club de football, le Napoli, dont il est de toute évidence un fervent supporter. 

Liberato chante en napolitain, langue romane à laquelle il ajoute des expressions anglaises, italiennes et même françaises. On imagine aisément les chansons de Liberato comme la bande son des romans de Roberto Saviano, « Piranhas » et « Baisers Féroces », ou de la série adaptée de son livre « Gomorra ».  

Son album raconte le quotidien de la jeunesse napolitaine, les rues, les sorties, le stade, les bandes, les excès, les relations amoureuses.

Musicalement, ce premier album est un drôle de mélange. Liberato produit une forme de variété italienne moderne, sans doute inspirée en partie par la chanson napolitaine, et s’appuie sur un fonds de musique synthétique. 

Son album est largement marquée par la Trap, le R&B contemporain, les sonorités caribéennes d’aujourd’hui, entre Reggae digital et Dancehall, et les musiques électroniques, House, Garage et Dance Music.

Le premier album éponyme de Liberato vient de sortir en France. 

Liberato vient également de signer la bande-originale du film « Ultras » de Francesco Lettieri, qui sera disponible en streaming le 20 mars prochain. Pour ce projet, il a notamment collaboré avec 3D du groupe Massive Attack.

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.