Ce matin dans la playlist de Matthieu Conquet un Outsider. Un artiste à part, qui ne rentre dans aucune case, et pour évoquer cet Outsider un disque en forme de collage, qui serait à la fois un hommage, une prolongation, celle d’une œuvre d'art singulière.

Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - "Scattering the fierce foeman" (ft. Adam Glover & Hannah Peel) extrait de l'album "Outsider" (¡Ya Basta! Records).
Philippe Cohen Solal & Mike Lindsay - "Scattering the fierce foeman" (ft. Adam Glover & Hannah Peel) extrait de l'album "Outsider" (¡Ya Basta! Records). © Capture d'écran/YouTube/Site de ¡Ya Basta! Records

Écoutez plutôt : 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Ceci est mon Histoire, ceci est ma chanson… »

C’est ce que disent les premières paroles de cette chanson Blessed Assurance. Vous écoutez Outsider, un disque tout entier consacré à célébrer l’œuvre d’un artiste disparu et encore trop méconnu : l’américain Henry Darger.

Est-ce que ce disque raconte sa vie ? Pas tout à fait, mais il célèbre son travail, et donne à découvrir une nouvelle facette d’une œuvre longtemps cachée. Je vais volontairement ménager le suspense autour de la personnalité d’Henry Darger et vous dire d’abord deux mots des musiciens qui viennent de faire ce disque : il s’agit de Philippe Cohen-Solal et Mike Lindsay.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Le premier, Philippe Cohen-Solal vous le connaissez peut-être à travers Gotan Project (ce groupe qui en 2001 revisitait le Tango par la musique électronique) ; très actif et curieux Philippe Cohen-Solal n’en est pas resté là : il a fait depuis plusieurs musiques de film, s’est investi dans des projets aussi différents qu’un Boléro de Ravel africain, ou encore Paradis Artificiel(s) des lectures des poèmes de Baudelaire en sons et en images distordues. Il a aussi monté son propre label ¡Ya Basta! Records

À ses côtés Mike Lindsay, un anglais lui aussi très original qu’on avait découvert au sein du groupe Tunng ; et puis, même si le disque sort sous leur deux noms (Mike Lindsay et Philippe Cohen-Solal) il faut évidemment évoquer la voix très élégante d’Adam Glover mais aussi la violoniste et compositrice Hannah Peel, qui apporte ses arrangements et sa voix à l'édifice.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

We'll Never Say Goodbye extrait du disque Outsider inspiré de l’œuvre de Henry Darger, un artiste qui n’a pas été reconnu comme tel de son vivant, on a découvert son travail bien après sa mort en 1973 à Chicago, quand les propriétaires de son appartement ont trouvé ce qu’il y avait laissé. 

Henry Darger a eu une enfance malheureuse, il s’était enfui de l’institution psychiatrique dans laquelle on l’avait placé, il a mené une vie très simple et discrète en apparence (il travaillait comme portier dans un hôpital) seul, chez lui, il a créé et imaginé toute une saga, un récit immense de plus de 15 000 pages tapées à la machine (The Story of the Vivian Girls in What is Known as the Realms of the Unreal, of the Glandeco-Angelinian War Storm Caused by the Child Slave Rebellion) et de quelques 350 dessins, peintures et collages qui, sous des apparences naïves (celles du comics ou de dessins pour enfants de l’époque) racontent et mettent en scène des affrontements très violents, proche d’un cauchemar merveilleux. 

Et ses textes de chansons donnent un disque onirique lui aussi ? 

Complètement. D’autant que Philippe Cohen-Solal reprend un des gestes de Darger, dans ses illustrations comme dans les quelques paroles de musique qu’il a laissé, s’inspire de ce qui l’entoure, de la vie à l’église par exemple : il copie, il décalque et transforme pour créer son univers. 

Philippe Cohen-Solal en fait autant avec les formes de la musique pop, et puis il y a inséré des vieilles pubs, des bulletins météorologiques qu’il colle entre les musiques. Le résultat est merveilleux, inquiétant parfois, on a envie d’y revenir pour comprendre, comme dans cet appel aux enfants errants Bring Them In :

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Philippe Cohen-Solal & Mike Lindsay "Outsider" - ¡Ya Basta! Records

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.