Événement, Didier Varrod présente le tout nouveau titre de Julien Doré qui revient après trois ans de silence.

Portrait de l'auteur-compositeur-interprète, musicien et acteur Julien Doré.
Portrait de l'auteur-compositeur-interprète, musicien et acteur Julien Doré. © Goledzinowski

Dès l’introduction du morceau, double surprise. La voix de Julien Doré joue le registre du falsetto pop. Une voix pour tutoyer les anges et prendre de la hauteur pour nous parler d’un monde, notre monde, serait-ce l’ancien monde, qui se trouve bien embarrassé, voire grippé, luxé dans son enveloppe corporelle ?

Pour afficher ce contenu Instagram, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Julien Doré pose d’emblée son sujet et trouve avec ce nouveau single un nouvel angle d’écriture. L’esperluette du précédent album était une nécessité pour marquer le besoin de lien dans une époque où le tissu social déjà se diluait. Mais les mots de Doré étaient à la fois une invitation à la traversée du désir animal et à la reconnexion avec l’enfance. 

Avec La Fièvre titre de cette toute nouvelle chanson, voici donc l’artiste observer le monde tel un ostéopathe devant agir sur un corps criblé de nœuds et de tension. Un praticien qui d’emblée livre un diagnostic sans concession : Plus de peine de cœur ni de cul, le monde est fiévreux, empêtré dans les affres du complotisme et d’une tentation à la prédation. 

Cette nouvelle chanson a bien évidemment été écrite avant la pandémie qui a mis l’humanité presque toute entière dans un confinement contraint. 

De ses sombres archives, Julien Doré intuitif, a ainsi saisi, avec un temps d’avance, le virus qui couvait dans les veines malade d’un monde enrôlé dans sa course effrénée. Et comme pour conjurer la gravité et la peur, il imagine un climat tempéré pour faire passer la pilule un peu amère d’un constat sans appel. 

Comme si le son anglais de Brighton ou de Totnes la hippie et ville modèle de la transition écologique, s’était tout à coup téléporté sur la Riviera.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Ce parfum léger qui n’est pas sans rappeler les douces rondeurs pop du groupe Metronomy,  n’empêche surtout pas Julien Doré d’opérer un glissement progressif du plaisir. Celui de partager jusqu’alors ses fragments du discours amoureux à celui d’un engagement plus précis. Non pas qu’il fut jusque-là totalement dégagé.  

On connaissait déjà son investissement intime pour les idées de Pierre Rabhi et d’Hubert Reeves. Écologiste convaincu, l’idée de faire sa part selon la philosophie du colibri est sûrement toujours présente. Mais avec ce nouveau titre la pensée se fait plus saillante et n’hésite pas à dénoncer les dérives d’une humanité qui se déresponsabilise. Julien Doré chante ainsi : 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Julien Doré narquois désigne les germes d’un monde infecté par ses propres démons de la rentabilité. Sans pour autant nous faire la morale. 

A sa façon, c’est lui Julien Doré pop star qui pourrait opérer une manipulation structurelle tissulaire et musicale. Afin de transmettre qu’il n’est jamais trop tard pour se remettre d’une scoliose dû à passer son temps à courber l’échine pour fuir notre  propre inconscience. 

Julien Doré, "La Fièvre". Label : Columbia

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.