Koffee est une jeune artiste Jamaïcaine, qui vient de sortir un premier EP intitulé "Rapture", à l’image de son talent et de sa créativité.

Photo promo de l'artiste jamaïcaine et reggae Koffee, pour son single "Throne"
Photo promo de l'artiste jamaïcaine et reggae Koffee, pour son single "Throne"

Koffee est donc une jeune femme jamaïcaine, âgée de dix-neuf ans, et depuis quelques mois, c’est une des artistes dont on parle le plus en Jamaïque. Son succès y est phénoménal, tant par son ampleur que par sa rapidité .

Koffee est née dans la ville de Spanish Town, à côté de Kingston. Sa mère, employée au ministère de la santé, éducatrice, l’a élevée et l’a tenue à l’écart des violences de la société jamaïcaine. Son quartier, Eltham View, est un endroit plutôt clame, et même si on entend fréquemment les coups de feu qui résonnent depuis le quartier voisin de Gordon Pen, on y vit de manière détendue et conviviale.

Enfant, Koffee a appris à chanter au sein de la chorale de sa paroisse, c’est là qu’elle a perfectionné son sens des mélodies et des harmonies. A douze ans, un de ses amis lui a prêté une guitare, sur laquelle elle a appris à jouer, seule. C’est à ce moment- là qu’elle a commencé à écrire ses premiers textes.

En 2016, un concours de talents est organisé dans son lycée, Koffee y participe, poussée sur le moment par ses amis, et le gagne tranquillement, ce qui lui donne une certaine confiance. Dans la foulée, elle se met à écrire et à composer plus sérieusement. En 2017, elle publie sur son compte Instagram une version acoustique d’un titre en hommage à l’immense sprinter Usain Bolt, qui l’apprécie et le publie sur ses réseaux sociaux. L’effet est immédiat et le nom de Koffee commence à circuler...

Ce qui est impressionnant avec Koffee, c’est qu’elle s’exprime à travers les différentes facettes, branches, ramifications du reggae avec une facilité déconcertante. Les cinq chansons de son EP sont d’ailleurs à l’image de cette variété. Koffee chante aussi bien un reggae traditionnel, à l’ancienne, que le rub-a-dub de la toute fin des années 1970  et de la décennie suivante. Bien-sûr, elle produit également des titres dancehall, la version moderne, synthétique du reggae, le style le plus populaire aujourd’hui en Jamaïque. Elle en donne sa propre version, positive, féminine, et assez éloignée des clichés violents, explicites et provocateurs, qui ternissent malheureusement depuis trop longtemps cette musique.

Si un titre illustre vraiment bien la popularité de Koffee, sa volonté de défendre les racines de la musique Jamaïcaine, la culture musicale de son pays, sous la forme d’un reggae à la fois traditionnel et moderne, c’est « Burning ».

Koffee EP “Rapture” (chez Columbia)

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.