Le groupe Brockhampton, emmené par le texan Kevin Abstract, se définit comme un « boys band » du rap, un « boys band » évidemment décalé, drôle et atypique.

Merlyn Wood, Ameer Vann, and Dom McLennon de BrockHampton en coulisses du concert à New York en septembre 2017
Merlyn Wood, Ameer Vann, and Dom McLennon de BrockHampton en coulisses du concert à New York en septembre 2017 © Getty / Johnny Nunez

Brockhampton, c’est un super-collectif, protéiforme, dans lequel chacun tient son rôle, jouant avec sa personnalité et son caractère. Composé d’une quinzaine de membres : rappeurs, producteurs, designers, graphistes, photographes, vidéastes... Brockhampton a en gros tout ce qu’il faut pour exister dans le monde impitoyable de la musique en général, et du rap en particulier.

L'équipe de Brockhampton, principalement composée de Texans (mais pas que) est ajourd’hui installé à Los Angeles. Atypique, créatif, Brockhampton semble très éloigné des codes et des standards du rap américain actuel. Ni poseurs, ni frimeurs, les gars de Brockhampton donnent dans la spontanéité, le naturel. Simples et authentiques, ils se sont rencontrés sur un des gros forums du rap américain,

On sent chez eux une vraie passion du rap, une approche très personnelle et originale qui rappelle certains groupes mythiques des années 90 (A Tribe Called Quest, Pharcyde). On retrouve cet état d’esprit et leur créativité dans leurs clips vidéo, avec une esthétique remarquable et un sens de l’humour évident.

Le groupe a déjà sorti deux volumes de sa trilogie « Saturation », le premier avant l’été, et le deuxième à la rentrée. L'album « Saturation III » est attendu avant la fin de l’année.

Le titre « Gummy », porté par les rappeurs Kevin Abstract, Ameer Van, Matt Champion, Dom McLennon et William Wood, s’appuie sur une production orientée rap west-coast. Il utilise avec succès certains codes chers à la scène G-Funk, mélodies et refrains chantés imparables. 

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.