Matthieu Conquet nous fait découvrir une voix céleste et un certain sens de la chute, celle de Sabrina Bellaouel, jeune musicienne, productrice et chanteuse qui a choisi de ne pas choisir, ni dans sa discipline, ni dans les genres.

Sabrina Bellaouel, musicienne, productrice et chanteuse - "Libra"  (EP) - Label In Finé
Sabrina Bellaouel, musicienne, productrice et chanteuse - "Libra" (EP) - Label In Finé © Louis Muller

Les premières apparitions de Sabrina Bellaouel remontent à quatre ans avec les morceaux réunis sous le mot Cheikh, où déjà se dessine une musique vaporeuse, un r'nb onirique où l'ambiance pouvait changer en quelques secondes comme avec l'étonnant "Until We Have it All".

A suivi un court album qui s'appelait "Illusions", puis certains l'ont croisée au gré d'invitations du côté du rap, du r'nb ("Rouler la nuit" avec Jazzy Bazz, "Sabichon" avec Ichon ou le plus récent "Pichet" avec Gracy Hopkins).

Au départ, le titre : « La chute » était destiné à devenir une musique de film, celui d’une femme qui perd la tête et qui tombe.

« Mais je voulais aussi qu’elle puisse flotter, alors j’ai enregistré cette voix, et puis j’ai harmonisé dessus, j’ai tout enregistré en une fois » me confiait la chanteuse et la musique de vivre désormais sa vie dans un EP, un mini-album étonnant paru il y a peu et qui s’appelle « We don’t Need to Be Ennemies ». 

Vous l’entendez il y a aussi une pulsion techno dans la musique de Sabrina Bellaouel, c’est vrai aussi, mais il n’y a pas que ca : on entend aussi parfois des voix venues d’ailleurs comme un discours politique, celui du président Egyptien Gamal Abdel Nasser en 1954 dans le morceau « Nasser » :

Plus loin encore dans « Pulse » l’on entend un long solo de cuivres, comme une suite jazz, qui s’achève par des souffles, ceux de la musicienne qui grimpe les escaliers du Louvre et profite de la réverbération naturelle du musée :

Est-ce que je vous ai parlé aussi des crotales ? Ces crotales que vous entendez ce ne sont pas seulement ces serpents qui sifflent sur vos têtes mais des percussions typiques du Maghreb (castagnettes métalliques qu’on appelle aussi krakeb).

On entend beaucoup de choses, mais qui est Sabrina Bellaouel ? 

Elle a 32 ans, (comme Rihanna) Sabrina Bellaouel est française de parents algériens et incarne sans doute une nouvelle génération de musiciennes, à la fois R’nB et expérimentale, un peu à la manière de Solange, la sœur de Beyoncé qui produit un R'nB très libre, à la fois bizarre et innovant. 

Sabrina Bellaouel vient de publier, quelques semaines après les morceaux que je viens de vous faire entendre, un nouvel EP qui marche un peu comme la face opposée du précédent (peut-être pour cela qu'on voit une pièce de monnaie sur la pochette, cette fois-ci côté face) :  Libra. 

La production y est plus aboutie encore, on entend non seulement les sons que la musicienne a l’habitude d’enregistrer avec son téléphone, mais aussi une narration qui se met en place dès le premier morceau, cette fois-ci à travers la voix de Fernando Prudhomme, un astrologue fantasque qu’elle suit depuis un moment sur sa chaine Youtube.

Libra c’est le nom latin d’une constellation du zodiaque, la Balance. Et cette balance, cet équilibre se trouve peut-être dans la figure d’une femme qui peut réussir « avec ou sans pénis » (je traduis les mots de l’astrologue fantasque)

Sabrina Bellaouel : "Libra"  (EP) sort aujourd’hui - Label In Finé

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.