La chanteuse folk britannique, souvent qualifiée de prodige ou de troubadour au féminin par la presse anglaise vient de sortir un nouvel album, petit événement de grâce, si vous prenez le temps de l’écouter.

La chanteuse et compositrice Laura Marling en concert à Hyde Park le 12 juillet 2019 à Londres.
La chanteuse et compositrice Laura Marling en concert à Hyde Park le 12 juillet 2019 à Londres. © Getty / Gus Stewart / Redferns

Présentation d’abord : Laura Marling est née en 1990, dans le Berkshire (le Sud-Est de l’Angleterre),elle a participé à plusieurs groupes (comme Noah and the Whale ou encore Mumford & Sons) avant de se lancer en solo en 2008. Depuis on l’a parfois comparé à Joni Mitchell, pour son timbre de voix et sa force de travail. 

Depuis son précédent disque Semper Femina en 2017, Laura Marling a changé de label, elle s'est inscrite en master de psychanalyse et elle a enregistré un album à quatre mains : LUMP (en duo avec Mike Lindsay du groupe Tunng). 

Song For Our Daughter : c’est là son septième album, un disque dont la sortie a été avancée, alors que d’autres ont repoussé l’échéance avec la pandémie et le confinement. Song For Our Daughter devait donc sortir en août, mais Laura Marling a souhaité précipiter sa sortie :

A la lumière de ce changement de circonstances pour nous tous  (…) Je ne voyais pas de raison de retenir ce qui, modestement, pourrait en distraire certains, ou mieux encore offrir une forme d'union pour d'autres. »

« Note après note, souffle après souffle » (Blow by Blow) : il y a un talent d’écriture manifeste chez Laura Marling qui rappellera peut-être à certains les premiers solo de Paul McCartney. 

Alors rompre l'isolement ce n’est pas la seule vertu de ce disque : Laura Marling l’a voulu comme une adresse à une fille imaginaire, sa fille qu’elle tenterait de guider dans un monde impitoyable pour les femmes. 

Dès le début de l’album elle parle de non-dit, de souffrance et d’une Alexandra disparue… beaucoup de choses en suspens dès les premiers mots. Le ton est à la fois grinçant et triste, très généreux dans sa forme, plein de belles mélodies. 

Le titre que vous allez entendre, Strange Girl, qui vient d’entrer dans la playlist d’Inter, saisit dès les premiers mots : « Sors tes disques et jette-les tous, il n’y a plus personne à écouter… » et elle poursuit, disant en somme qu’il faut rester courageuse en dépit de l’adversité « je t’aime petite fille étrange, s’il te plait ne me raconte pas de conneries, toi la fille étrange, toi la fille seule »

Laura Marling : Song For Our Daughter  -Chrysalis Records / Partisan

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.