Après Eddy de Pretto, Chris ou Hervé, voici une nouvelle artiste hors normes. Aloïse Sauvage a elle aussi choisi de s’affranchir des codes il est vrai de moins en moins établis du hip hop et de la pop, pour en faire sa propre voie, son chant, son move.

Aloïse Sauvage, actrice, danseuse, et chanteuse
Aloïse Sauvage, actrice, danseuse, et chanteuse © Mélissa Phulpin (tomboy-lab)

Aloïse Sauvage (c’est son vrai nom) s’apprête à publier dans quelques semaines son premier EP. Intitulé « Jimy », il sortira chez Initial Artist Services, un label qui décidément se plait à accueillir en son sein des artistes aussi prometteurs que singuliers.

Originaire de Seine et Marne, Aloïse Sauvage a 26 ans. C’est une artiste pluridisciplinaire : actrice, danseuse, circassienne, musicienne, chanteuse, elle ne veut pas choisir. Ou plutôt, elle choisit tout : 

je choisis même quand je choisis de ne pas choisir 

Car Aloïse Sauvage est un tourbillon. Intense. Une boule d’énergie. Incandescente. Sans peur de s’essouffler, au risque de s’épuiser. Elle s’en fout. Elle fonce.

A fond. 

C’est fou, si jeune, d’avoir déjà tant accompli… 

Au cinéma : on l’a vue dans « 120 battements par minutes » (Robin Campillon), « Mal de pierre » (Nicole Garcia), actuellement dans « Les fauves « (Vincent Mariette) et bientôt dans « Hors normes » (Nakache et Toledano)

Sur scène : elle passe du théâtre, au cirque ou à la danse. C’est ainsi que cet hiver elle était invitée en résidence par les Transmusicales de Rennes pour une création mêlant danse, cirque et musique, à travers une série de concerts, ou plutôt de spectacles, qui ont été très remarqués.

Côté musique, Aloïse Sauvage a déjà à son actif, quelques titres balancés sur internet. Et qui ont fait leur chemin. 

Pour son premier EP qui sort fin mars, Aloïse Sauvage a travaillé avec les beatmakers Josh et le Motif. Elle en a écrit les textes qu’elle scande de sa voix rauque. 

Mêlant l’énergie du hip hop à la mélodie de la pop, Aloïse Sauvage réinvente une chanson vigoureuse et viscérale.

Voici ce que l’écrivain Nina Bouraoui dit d’elle :

C’est parce qu’il nous est impossible de saisir les atomes, l’espace ou la lumière, que nous cherchons sans cesse. C’est à cette frustration qu’Aloïse Sauvage répond, par son travail, intense, par ses inventions, multiples. Son présent embrasse l’avenir. Ses mots annoncent. Aloïse Sauvage sait. Son corps parle, se tend, plie, courbe, sans rompre. Elle danse dans ses phrases, se tient au dessus du sol, en fine lévitation, non pour contempler la vie mais pour en occuper tous les angles, toutes les ouvertures et tout son volume. Dans son art, Aloïse Sauvage a atteint le degré ultime de la passion : la foi. Rien ne l’entrave. Elle scande, clame, implore, mais n’appelle jamais au secours. Aloïse Sauvage appelle à la félicité et au combat. Elle déclare l’osmose, l’affirmation de soi. Ni heurt, ni honte, les eaux de son territoire sont claires et profondes. Vie déjà dense en blessures et en beautés, corps sculpté de larmes et de sueur, Aloïse Sauvage va vite, plus vite que l’amour, plus vite que l’extase, plus vite que les effondrements, plus vite que les métamorphoses. Elle ne reconstruit pas car rien ne s’abîme, mais s’enlace et se répond- le cirque, les mots, le chant, le cinéma. Son mouvement est une spirale et sa nature est sensuelle. Aloïse Sauvage fait la vie à la vie, c’est elle l’atome, c’est elle l’espace, c’est elle la lumière. Le soleil est l’astre de l’ange acrobate et sans brûler ses ailes, il révèle la naissance d’une œuvre.

« Jimy » le premier EP de Aloïse Sauvage sortira le 29 mars. 

Aloïse Sauvage sera en concert à la Gaité Lyrique à Paris le 9 avril.

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.