L’Australie nous a fait connaître par le passé les Easybeats, leurs cousins AC/DC, Kylie Minogue, Sia, Gotye, Nick Cave, Tina Arena, Micky Green, Midnight Oil, Natalie Imbruglia… Désormais, il faudra compter avec Parcels !

Parcels au Shaky Knees Festival à Atlanta en Géorgie en mai 2018
Parcels au Shaky Knees Festival à Atlanta en Géorgie en mai 2018 © Getty / Scott Legato

Parcels est un groupe formé par Louie Swain, Patrick Hetherington, Noah Hill, Anatole Serret et Jules Crommelin, cinq jeunes gens au look de surfeurs, originaires de Byron Bay, la ville la plus à l’Est du continent australien, à environ 800 kilomètres au nord de Sydney. 

Ces cinq copains de lycée évoluent d’abord avec la musique de heavy metal, leurs premières influences adolescentes, avant de découvrir la musique des aînés, celle des Rolling Stones et des Beach Boys. Alors qu’ils terminent leur dernière année de lycée, ils répètent leurs premiers titres dans le garage du Parcel (nom du café-pâtisserie tenu par les parents du clavier Louie Swain) qui aboutiront à un mini-EP autoproduit de 6 titres sous le titre « Clockscared ». L’accueil plutôt favorable les conduit à quitter l’isolement australien pour aller s’installer à Berlin. 

C’est dans la capitale européenne de la techno, que les Parcels vont se révéler au contact de toutes les cultures musicales qui s’entrechoquent, notamment le funk et le disco qui vont fortement marquer leur musique. Début 2017, les cinq garçons dans le vent sont signés sur le label Kitsuné (Two Door Cinema Club, Klaxons, Hot Chip…) qui édite leur deuxième EP « Hideout », sur lequel figure le titre « Myenemy ».

Sur scène, le groupe utilise des instruments plutôt atypiques pour du funk, en transformant par exemple un verre d’eau en percussion ou par l’utilisation du triangle. 

Au début de l’été 2017, c’est la grande surprise avec l’apparition d’un simple single « Overnight » qui a été conçu en étroite collaboration avec les robots les plus fameux de la planète, Thomas Bangalter et Guy-Manuel Homem-Christo, alias Daft Punk, qui a découvert le groupe australien, un an plus tôt dans un club parisien. 

Au printemps 2018, Parcels refait surface avec un nouveau single, « Tieduprightnow », un titre qui, comme son prédécesseur, donne envie de danser et annonce les beaux jours, tout comme son clip réalisé par Béatrice Pegard, tourné dans la nature du pays des kangourous et dans la ville natale du groupe, à Byron Bay. C’est aussi un hommage à leurs racines, où les Parcels jouent avec les stéréotypes australiens portés sur l’esthétique des années 70. 

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.