Avec “Claude Fontaine” sorti chez Innovative Leisure, la jeune américaine Claude Fontaine sort un premier album improbable : un exercice de style réussi, à travers lequel elle s’aventure au cœur des musiques jamaïcaines et brésiliennes d’une autre époque.

Couverture du dernier album de Claude Fontaine intitulé : “Claude Fontaine” sorti chez Innovative Leisure
Couverture du dernier album de Claude Fontaine intitulé : “Claude Fontaine” sorti chez Innovative Leisure © Innovative Leisure

Contrairement à ce que son nom pourrait nous laisser croire, Claude Fontaine n’est pas une chanteuse française. Et contrairement à ce que son disque nous donne à entendre, cette jeune américaine ne connaissait absolument pas les musiques jamaïcaines et brésiliennes il n’y a pas si longtemps. L’histoire de ce disque est assez étonnante. Claude Fontaine est une jolie surprise de ce printemps.

On croirait vraiment la musique de Claude Fontaine sortie d’un studio de Kingston à la fin des années soixante. Son premier album, éponyme, est un disque « à l’ancienne ». Comme les bons vieux 33 tours, c’est un disque à deux faces : la face A est une plongée au cœur des musiques jamaïcaines de la fin des années soixante et du début des années soixante-dix (entre early-reggae et rock-steady). La face B nous emmène au Brésil, avec une bossa nova nostalgique et tout en douceur.

Alors comment cette américaine en est-elle arrivée à enregistrer un tel album ? C’est lors d’un séjour à Londres que ce disque trouve ses origines. Claude Fontaine habitait alors dans le quartier de Portobello Road, et a décidé un matin d’entrer dans le magasin de disque qui se trouvait au bout de sa rue. 

Cette boutique, Honest Jon‘s est un disquaire désormais légendaire, fréquenté par de nombreux passionnés de musiques, spécialisé entre autres dans les musiques des Caraïbes, d’Amérique du Sud et d’Afrique. 

Claude Fontaine y découvre ce jour-là le son du reggae, du ska, du rock-steady, celui des labels Studio One et Treasure Isle. C’est pour elle une véritable révélation. Elle est retournée plusieurs jours de suite écouter une multitude de disques conseillés par l’équipe du magasin, et est tombée littéralement amoureuse des musiques jamaïcaines et brésiliennes. A tel point qu’elle décide que c’est dans ces styles là qu’elle va concevoir son premier album. 

Signée sur le label Innovative Leisure, elle s’est entourée d’excellents musiciens : Tony Chin d’un côté, AirtoMoreira de l’autre, pour enregistrer les dix chansons de ce disque. Un disque en forme d’exercice de style, charmant et sincère.

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.