L’artiste danoise, aujourd’hui exilée à Berlin, charme une fois de plus nos oreilles, "Myopia", son nouvel album, paraîtra en février 2020 sur le Deutsche Grammophon. Mais chanceux et chanceuses que nous sommes, nous vous proposons d’en écouter un premier extrait, "Island Of Doom" sur France Inter.

La musicienne, compositrice et interprète, Agnes Obel en concert au Northside Festival le 11 juin 2017 à Århus, Danemark.
La musicienne, compositrice et interprète, Agnes Obel en concert au Northside Festival le 11 juin 2017 à Århus, Danemark. © Getty / Yuliya Christensen / Redferns

Dans la lignée de ses précédents opus, ce disque a été conçu dans la solitude de son  studio, Agnes Obel est donc encore sur tous les fronts, composition, arrangement, et production. Seule face à elle-même.

Agnès Obel : 

Pour moi, Myopia est un album traitant de la confiance et du doute. Peut-on ou pas se faire confiance ? Peut-on avoir confiance en ses propres jugements ? Peut-on être certain que l’on va agir comme il faut ? Peut-on se fier à ses instincts et à ses ressentis ? Ou alors est-ce que nos ressentis sont biaisés ?” 

Le premier extrait Island of Doom donne le ton.

La chanson se compose d’un piano dont le son a été transposé vers les graves, de pizzicato de violoncelle et de voix, tous les chœurs ont leurs tonalités modifiées vers l’aigu ou vers le grave… 

De mon expérience, lorsqu'un proche meurt, c’est tout simplement impossible de se faire à l’idée qu’on ne pourra plus jamais lui parler ou le contacter d’une façon ou d’une autre. Il est toujours vivant à bien des égards, puisque dans notre conscience, rien n’a changé. Il est toujours là avec tous les autres, vous savez. 

Une tournée marathon est prévue pour accompagner ce disque et elle passera bien sûr par la France.

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.