Alain Souchon revient aujourd'hui avec deux nouvelles chansons "Presque" et "Ames Fifties" avant la sortie de son prochain album (prévue le 18 octobre). Ecoute et analyse à chaud, chargées de souvenirs.

Alain Souchon en 2017
Alain Souchon en 2017 © Getty / Bertrand Rindoff Petroff

Alain Souchon revient aujourd'hui avec deux nouvelles chansons : ceci avant la sortie de son prochain album dont la date de parution est prévue le 18 octobre. Son dernier disque avec Laurent Voulzy c’était il y a cinq ans déjà, le précédent solo remonte lui à 11 ans ("Ecoutez d'où ma peine vient").

Presque c’est une chanson à plusieurs, puisqu’elle parle de couple d’amoureux qu’on regarde, confectionnée à quatre mains (voire huit) : les paroles sont signées Alain Souchon et Édouard Baer, la musique elle est signée Pierre et Charles Souchon (alias Ours) les fils du chanteur.

Avec les années chacun dessine ‘son’ Alain Souchon : vous êtes peut-être Jamais content, ou vous vous sentez dans une Ultra moderne solitude… En plus de quarante ans de carrière déjà, Alain Souchon a chanté aussi bien la fragilité en swing (Quand j’serai K.O.) que la révolte sociale sur un air de calypso (Parachute doré).

Livrant à mesure des chansons aussi personnelles que secrètes ; innocentes en apparence comme 18 Ans Que Je T'ai à L’œil  où il évoquait son père mort et leur relation.  Bref, l'oeuvre de Souchon est devenue une sorte de carnet intime à l'usage du grand public, sans jamais être impudique.

Et l’écriture de Souchon d’emprunter aussi bien au roman National qu’à la littérature 

Après Rien ne vaut la vie qui faisait référence à André Malraux, il y eut Bonjour Tristesse en clin d’œil à Françoise Sagan ou encore Oh La guitare et les paroles d’Aragon. Pour ce nouvel album, Alain Souchon retrouve Laurent Voulzy, mais aussi ses fils et David McNeil pour l’écriture (on se souvient notamment de J'veux du cuir).

Le titre qui intègre la playlist d’Inter dès aujourd’hui, c’est celui qui donne son titre à l’album :  Âme fifties.  Hymne générationnel (les impressions d’enfance des baby-boomers) plein de géographies et de souvenirs. C’est d’abord tout le paysage de la baie de Somme : le Crotoy et Saint Valéry, puis les objets d’époque et leur bande-son (le Radiola et André Verchuren) l’Algérie, le salon de l’Auto à l’époque sous le dôme du Grand Palais… Souchon déploie encore un talent rare de peintre par touches légères. 

Impressions et souvenirs qui m’ont rappelé ce livre qui résume exactement ce sentiment - dans un tout autre style : 

La réalité que j’avais connue n’existait plus. (...) Les lieux que nous avons connus n’appartiennent pas qu’au monde de l’espace où nous les situons pour plus de facilité. Ils n’étaient qu’une mince tranche au milieu d’impressions contiguës qui formaient notre vie d’alors; le souvenir d’une certaine image n’est que le regret d’un certain instant; et les maisons, les routes, les avenues, sont fugitives, hélas, comme les années. 

A l’ombre des jeunes filles en fleurs  Marcel Proust

Dans la foulée de ce nouvel album Ames Fifties (sortie prévue en octobre), Alain Souchon partira en tournée dans toute la France à partir de l’automne, et vraiment partout : 35 villes entre le 26 octobre 2019 et le 6 juin 2020. 

Les invités
L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.