En moins d’un mois, le clip cumule plus de 200 millions de vues, alors que le titre caracole en tête du billboard américain... Joli tour de force pour le rappeur d’Atlanta !

Childish Gambino à Londres en 2015
Childish Gambino à Londres en 2015 © Maxppp / Dafydd Owen

A 34 ans, et avec 3 albums à son actif, Childish Gambino est certes connu pour son travail de rappeur, chanteur et compositeur, mais aussi comme acteur, humoriste et scénariste sous son vrai nom de Dany Glover. Depuis 2016 il réalise et produit notamment pour FX, la série Atlanta, qui trace entre émotion et humour, le portrait d’une jeunesse un peu perdue. Une série dans laquelle il joue, et pour laquelle il a obtenu de multiples récompenses. On peut le voir aussi dans de nombreux films (Seuls sur Mars, Spider Man, ou en ce moment : Solo : A Star Wars Story)

Pour sa série Atlanta, comme pour le clip « This Is America », Donald Glover travaille avec Hiro Murai, vidéaste réputé auquel on doit de très beaux clips, comme par exemple celui-ci :

Un autre clip en ce moment interroge sur les stéréotypes, et sur le fait que : quand tu es noir et que tu vis en banlieue, lorsque tu entends les sirènes de police, tu ne peux t’empêcher d’avoir peur, même si tu n’as rien à te reprocher... Ce clip, c’est celui qui accompagne la magnifique chanson de Jorja Smith « Blue Lights » aujourd’hui disponible dans une nouvelle version, à l’occasion de la sortie prochaine de « Lost & Found » le 1er album de la jeune anglaise qui sort le 8 juin.

Mais revenons donc au phénomène  « This is America » . Depuis sa mise en ligne le 5 mai dernier, chacun y est allé de son analyse, en décortiquant le clip plan par plan, dans une foultitude de commentaires et réactions.

Avec cette vidéo engagée, délibérément choquante, Donald Glover dénonce la normalisation de la violence subie par les afro-américains, et la superficialité du traitement médiatique face à cette violence. Il souligne aussi comment la pop culture a banalisé la réalité du quotidien des afro-américains en les assimilant grossièrement. La caricature du « black cool »…

Ainsi, pendant que Gambino chante et danse au premier plan avec un groupe de collégiens, dans une frénésie un peu folle, on fait moins ou pas attention à ce qui se passe au deuxième plan (des émeutes, des voitures qui brûlent, des gens qui courent et qui se battent…)

En revanche, lorsqu’il s’arrête pour mettre une balle dans la tête d’un guitariste ou pour mitrailler une chorale, ce qu’on voit de façon très claire, c’est que les armes (soigneusement rangées après avoir servi) ont plus de valeur que la vie humaine (les corps sans vie sont traînés ou laissés à même le sol). Des scènes qui font référence à des meurtres ou des massacres qui ont vraiment eu lieu.

Tout ça sous l’œil froid des smartphones tenus par des jeunes cagoulés, qui filment tout mais n’interviennent pas, alors que toujours sur fond de chaos, passe sur son cheval blanc, peut être un des cavaliers de l’apocalypse venu annoncer la fin du monde ?

Enfin, le clip se termine par une scène dans laquelle un Donald Glover terrifié, tente de fuir une horde de gens (blancs ?) qui le pourchassent, sans doute pas pour lui faire des bisous…

Réalisé par Hiro Murai, chorégraphié par Sherrie Silver, « This Is America » le clip de Childish Gambino n'a pas fini de faire parler...

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.