“Duos volatils” est un album qui revisite 15 de ses chansons en duo avec des artistes de la nouvelle génération et quelques complices artistiques avec lesquels elle a déjà partagé plus d’une fois le micro. Dont Eddy Mitchell et Alain Souchon.

Véronique Sanson et Patrick Bruel, en duo, sur la scène des 34èmes Francofolies de la Rochelle (le 11 juillet 2018).
Véronique Sanson et Patrick Bruel, en duo, sur la scène des 34èmes Francofolies de la Rochelle (le 11 juillet 2018). © AFP / Xavier Léoty

L’exercice qui consiste à relire un répertoire par le biais des duos est souvent pour l’industrie musicale une sorte d’exercice de réanimation d’un catalogue en perdition. Ce qui n’est pas le cas des chansons de Véronique Sanson qui n’ont jamais eu autant d’éclat, auprès d’une génération qui se sent volontiers bouleversée par l’extraordinaire bagage harmonique de Véronique. Et dont les mots, d’une liberté et d’une vérité sans fard, forgent le miroir d’une jeunesse avide de cette drôle de vie romanesque, insolente et indomptable.

Tout ce que raconte le dialogue savoureux sur "Une nuit sur son épaule" entre Juliette Armanet dont la voix cristalline fait écho au vibrato fiévreux de Véronique Sanson à ses débuts, alors que celle-ci lui répond aujourd’hui avec une voix de basse, incarnation de la sagesse éblouissante d’une artiste fière d’être revenue de tout et surtout toujours debout. Duo fébrile et bouleversant entre une muse et son inspirée.

Cet album de duos que Véronique Sanson qualifie elle-même de « volatils » doit nous rappeler que la chanteuse avait déjà publié il y a 23 ans un album de duos. Et là pour le coup, elle était alors pionnière du genre, avec un casting exclusivement masculin. C’était à l’occasion d’une création aux Francofolies de la Rochelle et le disque Comme ils l’imaginent est devenu depuis l’un des classiques dans la discographie de Véronique Sanson. 

Des hommes, il y en a beaucoup aussi dans ce nouveau disque. Et ce qui est fou, c’est que lorsque Véronique partage le micro avec eux, elle possède cette incroyable singularité de les révéler à eux-mêmes. La force indestructible de ce répertoire ultra féminin, devient tout à coup pour ces interprètes masculins une sorte de lumière éclairante sur leur propre psyché. Bernard Lavilliers devient le frère à l’âme sororale, protecteur des femmes excisées. Hubert Félix Thiéfaine nous montre sa sensualité sulfureuse, Patrick Bruel ouvre ses failles et fend l’armure. Et c’est le encore juvénile Tim Dup qui dans "Toute une vie sans te voir" prend tout à coup sur ses épaules le poids désarmant du blues. Comme si la confrontation avec Véronique lui donnait un temps d’avance pour sortir de l’enfance. 

Ce nouvel album de Véronique Sanson sort dans un contexte difficile pour la chanteuse, puisqu’on a appris qu’elle était contrainte au repos suite au diagnostic d’une tumeur à la gorge, l’obligeant à annuler tous ces concerts de fin d’année et évidemment la promotion de ce disque... Et même si l’on est très inquiet, on connait le caractère de Véronique Sanson : indestructible. Elle qui a chanté :

Une existence à rêver / D’une éternité d’avance / Puis la mort à tutoyer / Comme une vieille connaissance. Indestructible / On est indestructible / Indestructible / Mais beaucoup trop sensible.

Ces Duos volatils démontrent une fois de plus en musique et en partage, ce que disait son compagnon Stephen Stills à propos de la place décisive que Véronique Sanson occupe en France : 

Elle est une des plus extraordinaires artistes de notre temps. C’est la seule musicienne que je connaisse, Gershwin mis à part, qui ait fait la synthèse entre la folk music afro-anglo-américaine et les classiques : Mozart, Beethoven, Brahms, Schubert… 

Et comme si cela n’était pas suffisant, elle a écrit en français la perspective spécifiquement européenne de la révolte des années 1960, la confusion des années 1970, le reflet des années 1990, et l’espoir pour le millénaire… Elle parle pour la sagesse et pour la sensibilité unique qui est fondamentalement l’âme de l’Europe. Ce faisant, elle a donné tout son cœur… 

Duos volatils, 15 chansons de Véronique Sanson pour nous rappeler qu’il faut toujours partir pour inventer sa drôle de vie, être toujours amoureux, et surtout faire ce dont on a envie. Ou même ce qu’on a envie, avec la faute de français qui était gravée dans le tube. Liberté oblige. Liberté totale et définitive qui porte un nom : Véronique Sanson.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.