Voyage dans le temps et l’espace avec Nicolas Repac.

Portrait du musicien multi-instrumentiste et chanteur Nicolas Repac.
Portrait du musicien multi-instrumentiste et chanteur Nicolas Repac. © Emma Pick

Un chant d’enfant, une percussion, des flûtes comme venues de nulle part, vous voici plongé dans le « cerveau émotionnel » de Nicolas Repac. C’est ainsi que ce musicien décrit le travail qu’il mène depuis plusieurs mois. 

Un travail de chercheur collectionneur qui recompose à partir d’une boite de pandore.  Je vous explique : en plus des disques qu’il a réalisé avec Arthur H ou Mamani Keïta, Nicolas Repac fabrique depuis des années des disques de mémoire recomposée. Il y avait eu Swing Swing autour du Jazz, et puis le remarqué Black Box (en 2012) où Repac proposait une sorte d’archéologie de la musique noire américaine, remontant les racines du blues jusqu’à la techno, piochant dans les collectages de l’américain Alan Lomax. 

Avec Rhapsodies, le petit EP qui vient de paraître, Nicolas Repac puise dans les catalogues créés par Charles Duvelle, musicien et ethnomusicologue fou de voyage et d’Afrique, entre autres. 

Charles Duvelle a non seulement développé à partir des années 60 Ocora, le label des musiques du monde de Radio France mais aussi plus tard la collection Prophet (chez Philips) une sélection élaborée d'enregistrements de musiques traditionnelles captées au Gabon, Sénégal, Burkina Faso. 

En bon émetteur-récepteur, Nicolas Repac pioche, joue, recombine entre tambours du Burundi et polyphonies pygmées du Congo pour créer une musique en « Ethnicolor » (selon son expression) 

« Ethnicolor » ou comment voir ce que vous n’aviez jamais entendu.  Alors difficile de reconnaître toujours ce que l’on entend, ici une guimbarde et puis un guembri, tout est confus et puis soudain, une clairière. 

C’est avec une joie, une énergie communicative que Nicolas Repac déploie cette musique qui, je le cite  

plus qu’un long collage, fonctionne comme un cadavre exquis sonore ». 

Chez les Grecs le rhapsode désignait celui qui récitait les œuvres des autres, (contrairement à l’Aède, qui lui compose). Originaire du Tarn et de la région toulousaine, Nicolas Repac compose ici ses Rhapsodies, comme un prélude à un grand album à venir. Accrochez-vous pour le dernier voyage c’est une guimbarde et la jolie guitare du Bembeya Jazz National (en Guinée) qui vous guideront : montez à bord de la « Space Mobylette »

Le nouvel EP de Nicolas Repac :  "Rhapsodies" est sorti chez No Format! en format numérique uniquement, il faudra attendre janvier 2021 pour l’album complet. 

Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.