Lorsqu’on entend parler de l’arrivée imminente d’un nouvel album de Patrick Watson, c’est toujours de bon augure. Car depuis que nous suivons cet artiste, c’est-à-dire depuis 2000, il nous a rarement déçus.

La vague mélancolique de Patrick Watson
La vague mélancolique de Patrick Watson © Getty / Stephen J. Cohen

Patrick Watson est un auteur-compositeur né en Californie devenu citoyen canadien, à Lancaster près de Montréal où sa famille s’est établie. 

Il fait partie de ces artistes de la scène indépendante qui mêlent dans son répertoire le rock à la musique classique ainsi que le cabaret pop, dans la veine des Rufus Wainwright, Andrew Bird, Nick Drake, Jeff Buckley et Pink Floyd. 

Il possède une formation classique de pianiste et a débuté comme chanteur à l’âge de sept ans. Mais ses vrais débuts de professionnel, il les connaît en accompagnant au clavier un groupe de ska-jazz avec qui il a beaucoup tourné. 

De sa collaboration avec une photographe, Brigitte Henry, autour d’un concept qui associe musique et images autour d’un livre-CD, il tirera son premier album solo, « Waterproof 9 » qui installe déjà son univers musical. 

« Broken » qui date de 2017 fera partie du nouvel album de Patrick Watson. Elle a été utilisée dans la bande-annonce du film « Sauver ou périr », le film de Frédéric Tellier ainsi que dans des séries télé comme « Grey’s anatomy », « The good doctor » ou encore « Burden of truth »… 

Autant vous annoncer que l’album que Patrick Watson s’apprête à sortir en octobre n’engendrera pas vraiment  la joie de vivre. Pendant l’enregistrement du disque, le chanteur a perdu sa mère, son batteur de longue date l’a quitté pour d’autres aventures, et pour finir, lui et sa compagne se sont séparés ! 

C’est pourquoi ce sixième album qui porte le titre « Wave », parle de la vague qui vous renverse lorsque vous réalisez que tout ce qui vous est cher peut disparaître en un instant et de l’apprentissage nécessaire pour ne pas vous enfoncer dans la dépression. Les chansons de l’album parlent de l’importance de se chanter des chansons d’amour à soi-même lorsque personne d’autre ne peut le faire. 

Watson écrit à propos de l'album : « C'est la différence entre chanter un solo sur la tombe d'un étranger en étant enfant, et en chanter un autre aux funérailles de sa propre mère »

L’artiste ne s’est pas laissé abattre pour autant, il a eu le temps d’écrire des musiques de film, de participer au concert-hommage de son compatriote Leonard Cohen, d’écrire pour la série « Walking dead ». Et il est également très engagé - de longue date - sur les problèmes autour de l’environnement… 

« Melody noir », un autre extrait de l’album « Wave », fait l’objet d’un très beau clip en noir et blanc inspiré de « I am Cuba », un film soviéto-cubain de 1964. « Je voulais, raconte Watson, faire une vidéo de danse, sensuelle et surréaliste, où le personnage se fait doucement aspirer par le néant, représenté par les autres danseurs ». Quant à la chanson, « Melody noir », elle est inspirée du chanteur vénézuélien Simon Diaz dont la musique a fortement influencé Watson. 

Patrick Watson est actuellement en tournée mondiale et passera en France pour quatre dates en février-mars 2020. 

Il sera en concert à la maison de la radio le 22 octobre lors d’une soirée Triple affiche qu’il partagera avec Stephan Eicher et Michael Kiwanuka, un concert qui sera diffusé en direct sur France Inter. 

Patrick Watson : album « Wave » (Domino) à paraître le 18 octobre. 

Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.