Un des plus grands compositeurs français vivants, Michel Legrand, fait l’objet cette année d’une rétrospective discographique sous la forme d’un coffret retraçant 65 ans de musique.

Michel Legrand, ici en 2012
Michel Legrand, ici en 2012 © AFP / PASCAL POCHARD CASABIANCA

Intitulé Les moulins de son cœur, l’objet contient 20 CD qui réunissent quelques 470 titres représentant une véritable invitation au voyage dans l’univers d’un monstre sacré. 

Michel Legrand, pour beaucoup, c’est la musique de films. Mais il n’a pas composé que pour le cinéma : il a enregistré des disques de jazz, des thèmes instrumentaux, des génériques pour la télévision et la radio, des publicités, des ouvrages symphoniques, des chansons, des spectacles musicaux, des dessins animés… 

Il a pulvérisé les frontières de la musique en embrassant pratiquement tous les genres et tous les styles existants, excepté peut-être le rock’n’roll qui n’a jamais été sa tasse de thé, même si pour autant il a été à l’origine des tout premiers morceaux rock français fondateurs avec des parodies enregistrées en 1956 par Henri Salvador sur des textes de Boris Vian

Pourtant, son apprentissage à la musique s’est forgé à la dure école du répertoire classique sous la houlette de la légendaire Nadia Boulanger, la professeure de musique la plus célèbre du monde qui a formé les plus grands musiciens de son temps, de Jean Françaix à Aaron Copland, de Quincy Jones à Léonard Bernstein en passant par Philip Glass. 

Le coffret « Les moulins de son cœur » permet de mieux cerner toutes les facettes du compositeur à travers des volumes thématiques, tel par exemple celui consacré à la Nouvelle Vague dont il a composé des thèmes de films pour Agnès Varda, François Reichenbach et bien sûr Jean-Luc Godard dont on n’a pas oublié la chanson interprétée par son actrice fétiche, Anna Karina… 

Outre Godard pour qui Michel Legrand écrira plusieurs partitions, il faut citer les collaborations de Michel Legrand avec Yves Allégret, Édouard Molinaro, Yves Robert, Jacques Deray, Jean-Paul Rappeneau, Claude Lelouch, Xavier Beauvois, mais aussi Sydney Pollack, Joseph Losey, Orson Welles, Clint Eastwood, Richard Lester. Impossible de tous les citer tant ils sont nombreux !

De même qu’il serait vain d’énumérer tous les musiciens de jazz prestigieux avec lesquels il a enregistré depuis 65 ans : John Coltrane, Bill Evans, Ben Webster, ainsi que le plus grand de tous, Miles Davis. Il les a tous réuni en 1958 autour de l’album « Legrand jazz »

La chanson n’est pas en reste dans l’univers de Michel Legrand. Les interprètes français et internationaux qu’il a fait chanter sont pléthore : Sarah Vaughan, Louis Armstrong, Michael Jackson, Barbra Streisand, Yves Montand, Dalida, Charles Aznavour, Jean Guidoni, et surtout celui à qui il a donné ses premiers succès, Claude Nougaro (« Jazz et la java », « Le cinéma », « Les Don Juan », etc…). Sans oublier évidemment les chansons des célébrissimes comédies musicales qu’il a composées pour les films de Jacques Demy, des « Parapluies de Cherbourg » aux « Demoiselles de Rochefort » en passant par « Peau d’âne ».  Michel Legrand s’est fait lui-même chanteur sur plusieurs albums, mais c’est avec l’adaptation en français de la chanson du film L’affaire Thomas Crown qu’il a obtenu son plus grand succès vocal en 1968 et qui donne le titre à son intégrale : « Les moulins de mon cœur »… 

L'équipe
Contact
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.