Avec à son actif déjà quatre albums tous encensés par la critique, et des prestations scéniques de haut vol, Foals, groupe anglais originaire d’Oxford, s’est taillé en une dizaine d’années une solide réputation.

Foals, au festival de la Citadelle à Victoria Park le 16 juillet 2017 à Londres.
Foals, au festival de la Citadelle à Victoria Park le 16 juillet 2017 à Londres. © Getty / Burak Cingi / Redferns

Ce qui fait le succès du groupe Foals, c’est sa qualité rythmique et mélodique, une sonorité singulière entre noirceur et cristal, le tout porté par la voix incroyable du chanteur Yannis Phillipakis.  

Foals c’est du rock qui fait danser, planer et réfléchir. D’une intensité folle. Carrément irrésistible.

Foals aura tout de même pris quatre ans pour revenir, non plus en quintette mais en quartet  (le bassiste Walter Gervers a quitté l’aventure), avec un nouveau projet ambitieux, créatif, anticonformiste et radical, qui, selon son leader, sera violemment diffèrent des précédents. 

Un nouvel album qui sera décliné en deux volets qui paraîtront cette année. « Everything Not Saved Will Be Lost. Part 1 »  sortira le 08 mars, et il faudra attendre l’automne pour découvrir la partie 2. 

Selon Yannis Philippakis (chanteur et guitariste) il faut appréhender ce dyptique comme : 

Deux moitiés du même médaillon. Elles peuvent être écoutées et appréciées individuellement mais elles sont fondamentalement complémentaires…

Toujours selon lui, cet album c’est un regard, un miroir, une appréhension des temps troubles que nous traversons. Tant sur le plan politique qu’environnemental. Et histoire de bien faire monter la température, Foals dévoile avec son nouveau single « Exits », un clip fascinant, qui met en scène Christa Théret et Isaac Hempstead Wright (Game of Thrones).

Foals c’est à voir en concert absolument. Une énorme tournée européenne se met en place, avec dores et déjà une date calée en France, ce sera à Paris au Bataclan le 13 mai.

L'équipe
Contact
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.