Il a obtenu hier la condamnation de Serge Dassault et promet d'aller vite dans l'enquête sur François Fillon, le "PNF" commence à trouver ses marques.

Secoué par le scandale Cahuzac, le gouvernement décide en 2013 de relancer la lutte contre la grande délinquance économique et financière. Deux institutions voient le jour : la Haute autorité pour la transparence de la vie publique et le parquet national financier. Toutes les deux ont contribué à faire condamner Serge Dassault à cinq ans d'inéligibilité.

Le parquet financier est chargé des délits boursiers, des délits financiers complexes ou avec des ramifications internationales (la grande fraude fiscale, les fraudes à la TVA...) et des atteintes à la probité les plus graves, ou politiquement sensibles. Certains procureurs ne sont pas fâchés d'envoyer au PNF un dossier qui concerne un de leurs élus locaux. A l'inverse, certains estiment que le PNF a trop grand appétit. Il est en concurrence avec d'autres juridictions, celles de la criminalité organisée ou les pôles financiers, qui s'estiment tout aussi légitimes. Cette organisation judiciaire manque encore de cohérence.

Mais la discrète procureure Eliane Houlette creuse son sillon. Elle investit la corruption dans le sport, et va partout dénoncer la délinquance dite en col blanc, ici en audition à l'assemblée nationale en octobre dernier:

"Quand les finances sont corrompues, c'est le bon fonctionnement de l'économie toute entière et l'avenir du pacte démocratique qui sont en jeu, et j'en suis encore plus convaincue après trois ans d'activité. Le parquet financier a fait la preuve de son utilité, son implantation n'a pas été un long fleuve tranquille, il manque encore de moyens, et qu'il pourrait être plus efficace sous certaines conditions."

15 magistrats, 400 procédures, cela donne une idée de la tâche... Le parquet national financier a besoin de magistrats, de plus d'enquêteurs spécialisés, de moyens informatiques.

Lutter contre le temps

S'il y a un terrain où il a fait ses preuves, c'est celui de l'indépendance. Faute d'en avoir le statut, Eliane Houlette s'est appliquée à en faire la démonstration, elle qui considère que "l'indépendance est aussi une affaire d'esprit, de coeur et de courage". Sa première enquête ouverte, c'était les soupçons de trafic d'influence entre Nicolas Sarkozy, alias Paul Bismuth, son avocat et un magistrat.

Le parquet financier a obtenu des condamnation emblématiques, comme celles de Jérôme Cahuzac ou Serge Dassault. Il a aussi essuyé des échecs, comme la relaxe des héritiers Wildenstein accusés eux aussi d'avoir mis leur patrimoine à l'abri du fisc.

Le PNF mise sur une méthode. Le travail en réseau, avec le fisc ou les autorités étrangères. Et la lutte contre le temps. La justice est trop lente? Ici on veut aller vite. Pour ouvrir des enquêtes, que ce soit pour François Fillon ou les Panama Papers. Pour éviter ensuite qu'elles ne s'enlisent, dans des batailles de procédure notamment. Cela explique le choix de faire juger Serge Dassault pour la fraude fiscale, sans attendre la fin de l'instruction sur les possibles achats de vote.

Le parquet financier est encore jeune. L'affaire Fillon est sans doute son premier vrai test.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.