Le service Enquêtes-justice de France inter a passé l'année à écumer les audiences du quotidien. Mais la justice, c'est aussi les grandes affaires, qui arrivent en rafale à la rentrée.

Les avocats arrivent au palais de justice
Les avocats arrivent au palais de justice © Radio France / Matthieu Boucheron

Le procès des attentats de janvier 2015

Il était prévu au mois de mai, le confinement l'a repoussé à la rentrée. Sept semaines d'audience, onze accusés dans le box, plus 3 en fuite; il sont soupçonnés d'être les soutiens logistiques des frères Kouachi et d'Amedy Coulibaly, les tueurs de Charlie Hebdo, de Montrouge et de l'Hyper Cacher, morts lors des assauts. Pour raison de place, il y a 200 parties civiles, ce procès d'assises se tiendra au tribunal judiciaire des Batignolles. France inter vous le fera vivre en intégralité, à la radio et sur internet, avec Charlotte Piret et Sophie Parmentier, et un dessinateur d'audience, Matthieu Boucheron, qui signe les dessins d'illustration justice sur ce site. Pendant ce temps, au vieux Palais de justice, sur l'île de la Cité, on construit une salle d'audience spéciale, dans la salle des pas perdus, pour le procès des attentats du 13 novembre. Là aussi, le Covid a tout retardé : cela devrait être à la rentrée 2021.

Un ancien président à la barre

Le 23 novembre, s'ouvrira le procès de l'affaire Bismuth, devant la 32ème chambre du tribunal correctionnel de Paris. L'affaire est revenue récemment dans l'actualité, quand on a a appris que les fadettes des plus grands avocats parisiens avaient été épluchées par le Parquet national financier, pour trouver la "taupe" qui aurait prévenu Nicolas Sarkozy et Thierry Herzog que leur ligne secrète était écoutée. L'affaire initiale n'a toujours pas été jugée. Sur le banc des prévenus, donc, Nicolas Sarkozy. Un procès pour corruption d'un ancien président, c'est une première sous la Vème République. A ses côtés, son ami et avocat Thierry Herzog. Ils sont soupçonnés d'avoir tenté de soudoyer un magistrat de la Cour de cassation, Gilbert Azibert, également poursuivi, en échange d'une intervention pour un poste à Monaco. Ce sera le procès où il faudra être vu, avec la fine fleur du barreau parisien (Me Laffont pour l'ancien président, Mes Temime et Iwens pour Thierry Herzog) et un Nicolas Sarkozy qu'on imagine combatif.

Jonathann Daval jugé à Vesoul

A partir du 16 novembre, Jonathann Daval sera jugé pour le meurtre de sa femme Alexia. Point final du feuilleton qui a commencé avec la disparition de la jeune femme pendant son jogging, continué avec les pleurs de son mari devant les caméras, avant qu'il ne reconnaisse trois mois plus tard qu'il l'avait tuée. Le palais de justice de Vesoul s'attend à une énorme affluence. Car les accusés qui ont menti suscitent souvent une fascination, et un vindicte particulière de l'opinion. Parce qu'on les a cru, qu'on a pleuré avec eux, on se sent presque personnellement floué. Cécile Bourgeon, la mère de la petite Fiona, avait elle aussi avait menti pendant de long mois. Son 3e procès, après cassation, ainsi que celui de son ex-compagnon, pour coups mortels sur la petite fille - dont le corps n'a jamais été retrouvé - s'ouvrira le 1er décembre à Lyon

Toutes les dates des procès sont à retrouver sur le calendrier de l'Association de la presse judiciaire

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.