Retour sur un crime que personne n'a oublié : l'assassinat de la jeune Agnès, par un lycéen de 17 ans, à Chambon-sur-Lignon, en 2011. Mathieu a été condamné à la prison à perpétuité.

Un documentaire qui interroge, pour la première fois, les parents du meurtrier. « Parents à perpétuité » est un film dont on ne sort pas indemne.

Sophie et Dominique Moulinas se sont tus, très longtemps. Tout au long des deux procès de leur fils, par respect pour la famille d'Agnès.Comment entendre la parole des parents de l'assassin, face à l'horreur du crime?

C'est une vraie question qu'ose aborder ce film d'une grand pudeur, pourtant paradoxalement difficile à regarder. Parce qu'instinctivement, personne n'a envie d'entendre qu'il y a un être humain derrière l'assassin d'Agnès, qu'on préfèrerait ranger au rang des "monstres", comme si les choses étaient simples : victimes d'un côté, bourreaux de l'autre, et leurs familles avec.

Sans les juger, sans les épargner non plus, la réalisatrice Anne Gintzburger trouve la juste distance pour filmer ces parents malgré tout.

J'assume ce point de vue, en tant qu'auteur, de donner la parole aux parents de l'assassin. J'ai voulu donner à comprendre ce qu'il peut y avoir derrière le crime et la folie meurtrière de ce garçon. J'ai essayé, c'est peut-être difficile à entendre, de rendre un peu d'humanité à cette tragédie.

Les trajets pour voir leur fils en prison, la rencontre avec le psychiatre qui les aide à essayer de comprendre, la vie à laquelle ils s'accrochent, pour leurs deux filles cadettes...

C'est presque malgré soi, en dépit de ce qu'a fait leur fils, qu'on arrive petit à petit à écouter Sophie et Dominique Moulinas.

Le film pose aussi des questions sur la maladie mentale. Les parents ressassent, inlassablement la petite enfance de Mathieu, ses difficultés à l'école, sa dyslexie, tout ce qu'ils ont fait pour l'aider. Ont-ils transmis malgré eux les graines de cette folie meurtrière? C'est la question qui les hante, explique Anne Gintzburger.

Sophie Moulinas s'est souvenue que depuis tout petit, Mathieu avait toujours froid. Et lors des procès, un des experts a parlé de son 'hiver intérieur'. C'est sur ces choses-là, que ses parents ont réfléchi, en se disant évidemment d'abord 'nous sommes coupables, nous sommes coupables de n'avoir pas vu'; c'est ça qu'ils cherchent, encore, et qu'ils avaient envie d'exprimer.

Le film nous laisse sur plusieurs interrogations. Mathieu Moulinas est sous traitement anti-psychotique, atteint d'une lourde pathologie mentale, mais que les experts peinent à nommer. Il a été jugé responsable pénalement, et condamné à la prison à perpétuité. Sa place est-elle en prison ou à l'hôpital? Que faire avec ce genre de criminel?

Autant de questions auquel le film n'a pas pas forcément de réponse. Mais qui nous oblige à regarder cette réalité.

"Parents à perpétuité" c'est sur la chaine de la TNT Public Sénat, demain samedi à 22H et ce soir à 21H sur le site publicsenat.fr.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.