Bernard Verlhac, alias Tignous
Bernard Verlhac, alias Tignous © MaxPPP

Dans le prétoire rend lui aussi hommage à Charlie Hebdo ce matin. Le 7 janvier 2015, le monde des chroniqueurs judiciaire a aussi perdu l'un des siens : Bernard Verlhac, alias Tignous. Dessinateur de Charlie hebdo, Fluide glacial, Marianne... il était aussi un habitué des salles d'audience. Ses premiers dessins d'audience, Tignous les a fait à son procès. Celui auquel il avait été assigné par une association catholique proche du Front national. Nous sommes en 1998, il vient de publier un dessins sur la pédophilie dans le clergé, il découvre en même temps la mécanique du procès - qu'il gagne -, le dessin judiciaire et sa vocation.

► ► ► REECOUTER | Tignous et Riad Sattouf au procès de Charlie Hebdo Il a ainsi couvert les procès du Front national, de l'église de scientologie, de Pierre Botton ...Un travail et un talent soulignés par la ministre de la justice, Christiane Taubira lors de ses obsèques :

Tignous avait ce crayon magique dans lequel il voulait nous transmettre les émotions d'un procès. Il y parvenait. il parvenait à saisir ce craquement où le procès bascule, ces drames avec leurs impondérables ...

► ► ► REVOIR | L'hommage de Christiane Taubira aux obsèques de Tignous

Le procès Colonna

Fin 2007, Tignous couvre le premier procès Colonna : un mois d'audience que Tignous suit intégralement. C'est LE procès du moment, c'est aussi le moment de sa rencontre avec le journaliste Dominique Paganelli :

Il voyait des choses que je ne pouvais pas voir, des détails : une grimace de tel avocat général, une attitute que je n'avais pas véritablement remarquée de Colonna. C'est une vision d'un chroniqueur judiciaire qui est en même temps un peintre, un artiste.

Me Cathy Richard, qui défendait le gendarme Didier Paniez lors du procès Colonna, se souvient :

Tignous réalisait l'exploit d'être à la fois un caricaturiste et un chroniqueur judiciaire... Il parvenait a mettre en évidence les moments clés et parfois les absurdités du procès en restant d'une grande sensibilité et humanité. Il était percutant et touchant, ses dessins et légendes nous faisaient parfois éclater de rire et parfois réfléchir. Tignous avait un œil et une analyse toute personnelle parfois décalée mais jamais déplacée !

Caty Richard par Tignous
Caty Richard par Tignous © Tignous

Lors du procès Colonna il avait été à un moment derrière moi ... Défilaient alors sur mon écran d'ordinateur des photos personnelles dont celles de mes jumeaux, encore bébés à cette époque. Il avait fait un croquis me représentant de dos, à côté de mon client, l'écran d'ordinateur devant nous et l'avait légendé "Maitre Caty Richard partage un moment de complicité avec son client" ou quelque chose d'approchant. J'avais été gênée car je trouvais que cela donnait, à tort, une image peu sérieuse de mon travail... Lorsque je lui en avait parlé librement je l'ai vu tellement contrarié à l'idée qu'il avait pu me blesser que c'était moi qui avait fini par le réconforter !!!! En réalité il me donnait une dimension humaine, et aujourd'hui je suis non seulement très fière de ce dessin, mais je lui en suis extrêmement reconnaissante car je pourrai démontrer à mes enfants, lorsqu'ils me reprocheront ma profession trop prenante, qu'ils m'accompagnaient toujours, et cela grâce à Tignous ! Et je suis très heureuse d'avoir eu l'occasion de lui dire quelques années plus tard, avant qu'il ne soit trop tard ...

Il nous manque, il me manque, il laisse un très grand manque ...

En 2009, Tignous rejoint l'association de la presse judiciaire. Une adhésion qui lui tenait à coeur : quelques heures avant sa mort, il avait d'ailleurs envoyé à tous les membres ses voeux ... en dessins, bien sûr !

Ses confrères de l'Association de la presse judiciaire lui rendent hommage

Michel Deléan (Médiapart) :

Des rares procès où je l'ai croisé, je garde de Tignous le souvenir d'un type adorable, cultivé, profondément humain et pas prétentieux pour un sou. Un mec bien, avec un sourire communicatif.

Stéphane Durand Souffland (Le Figaro) :

Tignous était un type super sympa. Au procès Colonna 1, il enrageait de ne pas arriver à croquer le président, Dominique Coujard, parce qu’il le trouvait « trop beau » pour la caricature. Il envoyait chaque année un dessin avec ses vœux à la presse judiciaire et le sort a voulu qu’on découvre le sien en même temps que sa mort. Il nous manque beaucoup, en fait.

Elisabeth Fleury (RTL) :

Tignous fait partie de ces copains dont on n'imagine jamais qu'il peut leur arriver un coup dur. Et dont on se dit, après-coup, qu'on aurait dû davantage leur dire qu'on les aime quand il était temps. Son enterrement, au Père-Lachaise, a été un moment d'une tristesse folle. Difficile de l'imaginer froid, livide et raide dans son cercueil loufoque, bariolé, tagué, entouré de ses amis, de sa famille. Comme beaucoup d'entre nous, je pense très souvent à lui.

Thierry Lévêque (indépendant) :

Chaque fois que je regarde ses dessins, je pleure presque tant ce garçon était innocent et respirait la gentillesse.

► ► ► ALLER PLUS LOIN | L'hommage du site Hexagones pour lequel Tignous a travaillé (texte et dessins)

Dorothée Moisan (AFP) :

J'ai eu l'occasion de travailler avec Tignous sur mon premier livre , paru en janvier 2011, ​"Le Justicier, enquête sur un président au-dessus des lois ". Les photos que me proposait mon éditeur pour la couverture ne m'avaient pas convaincues, j'aurais tant aimé un​e caricature​pour illustrer ce livre. J'en ai alors parlé à Tignous que je connaissais peu. Il a tout ​de suite été très enthousiaste et m'a fait ... dix dessins! Dix dessins de ​ Nicolas ​Sarkozy en justicier: tantôt avec le masque de Zorro, tantôt à cheval sur la Justice coupant des bras...

Ca m'a profondément touchée. Il était très heureux de le faire car le sujet le passionnait: il trouvait que Nicolas Sarkozy avait une influence trop importante sur l'institution judiciaire et la réforme pénale et c'était sa manière de l'illustrer. ​De mon côté, j'étais très fière​ de son dessin​, tandis que lui se sentait très ​chanceux d'illustrer ​un tel livre. Sa modestie et sa gentillesse m'ont profondément marquée. Il est enterré sous mes fenêtres au Père Lachaise, parfois, je vais l​e voir et je discute avec lui : il me redonne de la force.

Benoît Peyrucq (dessinateur) :

Tignous par Benoît Peyrucq
Tignous par Benoît Peyrucq © Benoît Peyrucq

Tignous en livres

Le procès Colonna par Tignous et Dominique Paganelli
Le procès Colonna par Tignous et Dominique Paganelli © radio-france

En 2008, Tignous publie, avec le journaliste Dominique Paganelli, Le procès Colonna aux éditions 12bis.

Les deux hommes, qui se sont rencontrés à l'occasion de ce procès, avaient pour projet de se rendre dans les lieux où les caméras ne sont pas autorisées. Après la salle d'audience, les prisons ... ou encore les sous-marins, l'Elysée.

Après sa mort, la veuve de Tignous, Chloé Verlhac a publié ses dessins réalisés en prison.

► ► ► FEUILLETER | Murs murs, Tignous reporter en prison

Mais aussi ...

► ► ► INFOGRAPHIE | Les filières djihadistes au coeur des attentats

► ► ► VOS QUESTIONS | Terrorisme : vos questions, les réponses de nos spécialistes

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.