La justice a repris les dossiers des chantiers navals de Dunkerque et du site universitaire de Jussieu, pour savoir si les responsables nationaux doivent être mis en cause.

Personnes travaillent au désamiantage du campus de Jussieu, le 25 janvier 2005 à Paris.
Personnes travaillent au désamiantage du campus de Jussieu, le 25 janvier 2005 à Paris. © AFP / JEAN AYISSI

Au pénal, les dossiers de l'amiante sont un fiasco judiciaire. Les premières plaintes ont été déposées il y a plus de vingt ans. Il y a eu quelques procès récemment, comme celui de l'hôpital de Besançon, mais les dossiers du pôle santé publique de Paris sont enlisés depuis cinq ans dans des batailles de procédure.

L'audience devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris s'est tenue mercredi à huis clos

Neuf prévenus contestent leur mise en examen : des industriels, des scientifiques, des fonctionnaires qui ont participé aux travaux du comité permanent. Une structure de lobbying dont le but était de retarder l'interdiction totale de l'amiante. Pour Michel Parigot, le président du comité anti-amiante Jussieu, la justice ne peut pas laisser cette dimension de côté.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.