Le procès de Michel Neyret dans une affaire de corruption retentissante, qui remonte à octobre 2011, se tiendra d'ici quelques mois à Paris.

Un très grand flic lyonnais accusé d'être devenu un véritable ripou sera renvoyé devant le tribunal correctionnel .

Pour se rappeler tout d'abord du séisme Neyret au sein de la police, il faut réécouter le premier témoignage recueilli par Franck Cognard de l'ancien directeur central de la police judiciaire, Christian Lothion . Il avait côtoyé Neyret quelques années plus tôt à Lyon :

Les faits, ce sont des écoutes qualifiées à l'époque d'accablantes : des vacances à Marrakech avec sa femme aux frais de ses amis, de très bons informateurs mais surtout de vrais escrocs. Des amis qui l'auraient tamponné dans les grandes largeurs, corrompus par bien plus malins que lui, donc, obtenant en échange la fiche police d'un trafiquant en fuite, des faveurs pour un autre auprès d'un magistrat... Mais Neyret harcèle aussi des collègues pour récupérer une partie des scellés de marijuana.

Tout cela se passe à la fin des années 2000 à Lyon puis à Nice, où Neyret côtoie un célèbre procureur :

Eric de Montgolfier, aujourd’hui à la retraite et qui n'a toujours pas digéré l'histoire :

4 ans après la mise en examen de Michel Neyret, qu'est qu'Eric de Montgolfier attend d'un tel procès ?

L'espoir, tout d'abord, de comprendre vraiment ce qui est arrivé à ce surdoué de la police judiciaire, même s'il en soupçonne quelques raisons :

MaisEric de Montgolfier redoute aussi un procès qui ne change finalement pas grand-chose :

Selon nos informations, Michel Neyret n'a pas toujours pas l'intention d'avouer la moindre idée de corruption ni le moindre détournement de drogue pour maintenir son train de vie. Uniquement des pratiques policières certes à l'ancienne, risquées, dangereuses, mais efficaces.

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.