Par Jean-Philippe Deniau

La Justice pour les Nuls
La Justice pour les Nuls © First Editions

Voici un p etit cours de droit pour tous, puisque nous parlons du livre La justice pour les nuls , à l'occasion de la sortie en librairie cette semaine d'une nouvelle édition.

La précédente datait de 2007, et depuis, la loi a beaucoup changé.

Les peines plancher, la nouvelle carte judiciaire, l'avocat en garde à vue, les questions prioritaires de constitutionnalité... Toutes ces mesures imaginées au cours du quinquennat de Nicolas Sarkozy ont donc poussé les Editions FIRST à demander à l'avocat Emmanuel Pierrat de réécrire sa "Justice pour les Nuls ". Ou comment devenir imbattable sur l'habeas corpus, la clause léonine, le Jugement de Salomon, la Physiognomonie et même le délit impossible.

Oui, vous avez bien entendu, le délit impossible ! Mais vous serez également imbattables sur le fonctionnement de la justice de tous les jours, pour vous y retrouver dans la jungle des tribunaux, des codes pénaux et des magistrats. On aurait presque envie de dire aux termes des 300 pages de cette "Justice pour les nuls ", qu'on peut tranquillement lancer une procédure sans même consulter un avocat !

Enfin... pas tout à fait quand même, tempère l'auteur et avocat Emmanuel Pierrat

Ca n’évite peut-être pas d’aller voir un avocat, mais en tous cas, cela peut dissuader légèrement de se lancer dans des procédures qui s’avèrent beaucoup plus longues, comme je l’ai décrit en racontant le labyrinthe à parcourir. C’est pour ça que c’est une course de fond : on peut passer de tribunal en tribunal et si l’on est très procédurier ou atteint de ‘manie processive’ comme on dit dans mon jargon, on peut aller très loin et vivre son existence tourné vers un seul procès. Donc ça permet de réfléchir un tout petit peu et parfois de dire que, après avoir lu La justice pour les nulsplutôt de se précipiter chez le juge, je vais aller voir mon voisin et lui dire simplement de faire un petit peu moins de bruit. Jean-Philippe Deniau : Est-ce que vous vous êtes amusé à le rédiger ?

Je me suis beaucoup amusé à le rédiger, parce qu’on peut faire plein de jeux de mots et raconter plein d’anecdotes. Par exemple, on peut raconter ce qu’est un sac à procès et d’où vient le fait qu’au Moyen-âge, on enfermait les arguments dans une besace de cuir, puis on cousait ce sac et on le pendait en attendant qu’il en soit ouvert par le magistrat, et on disait donc ‘l’affaire est dans le sac’, ‘il a plus d’un tour dans son sac’, ou ‘on va rouvrir les débats’, ou encore ‘l’affaire est close’, etc. C’est plein de choses délicieuses quand on les met sous forme d’anecdotes, d’encadrés comme c’est toujours le cas dans les Nuls, cela croustille là où ça aurait pu un peu endormir.

J'imagine que vous êtes tous en train de vous demander "mais c'est quoi ce délit impossible ?".

Le délit impossible, c'est par exemple quand une personne tente d'empoisonner quelqu'un avec ce qu'elle croit être du cyanure mais qui n'est en fait que du sucre. Délit impossible puisque le Code pénal exige, pour qu'il y ait empoisonnement, que la substance soit de nature à entraîner la mort. Mais attention, ça ne marche pas dans tous les cas. Par exemple, en 1986, un homme a été condamné pour tentative de meurtre bien qu'il ait frappé un individu déjà mort. Les juges ont estimé que porter des coups à un individu dont on ignore qu'il est déjà mort, est une tentative de meurtre.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.