Un procès hors normes, avec 120 parties civiles, à la fois des rescapés et des proches des 29 personnes disparues dans les inondations à la Faute-sur-mer en février 2010. En marge des audiences, des psychologues assistent non seulement les victimes, mais aussi les magistrats.

Commune de la Faute-sur-mer après la tempête Xynthia
Commune de la Faute-sur-mer après la tempête Xynthia © Max PPP / Max PPP

C’est une réflexion qui est née après le procès de l’incendie du tunnel du Mont Blanc, en 2005. Face aux récits des victimes, les juges peuvent se sentir submergés par ce déferlement de douleur. Ici, aux Sables d’Olonne, le tribunal a pris les devants et missionné une psychothérapeute. Tous les soirs, après l’audience, Valérie Daniel débriefe magistrats et greffiers. La robe, explique-t-elle, ne protège pas de tout, les personnels judicaires peuvent développer des symptômes; des insomnies, l’invasion d’images récurrentes. C’est donc un vrai processus de prévention, explique la psychologue, et une première dans le monde judiciaire.

Les victimes aussi bien sûr sont suivies par des psychologues. On y est désormais habitués lors de ce type de procès. Aux Sables d’Olonne, elles sont deux à recevoir les parties civiles, dans une salle loin des regards.

Une aide nécessaire pour passer l’épreuve du procès ; le rappel des faits qui ravive le souvenir du drame, la peur de s’effondrer. Voilà pour l’urgence. Mais est-ce suffisant ?

J’ai posé la question à Anne-Lise Diet, psychologue, psychanalyste, elle est aussi administratrice de l’AVIF, l’association qui regroupe la plupart des parties civiles. Elle est assise à leurs côtés, avec un regard à la fois professionnel et amical. Ce qu’elle dit est assez inquiétant : aucun, pratiquement, ne bénéficie d’un vrai suivi psychologique :

I

Alors évidemment, ce n’est pas le rôle de la justice, qui est là pour déterminer les responsabilités. Mais ce moment très fort du témoignage à la barre, pour Anne-Lise Diet, cela peut être une première étape pour aller mieux :

__

Le procès de la tempête Xynthia se poursuit jusqu’au 17 octobre.

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.