Avocats
Avocats © han Soete

Sur la toile, les sites d’aide juridique pullulent. Ils proposent aux consommateurs des conseils d’avocats par mail ou par téléphone à des prix défiant toute concurrence : entre 150 et 400 euros en moyenne pour un suivi de dossier.

Problème : c'est souvent une arnaque.__

Imaginons. Un particulier vous a vendu une voiture d’occasion avec un faux kilométrage. Vous envisagez de le poursuivre. C’est la première fois de votre vie que vous avez affaire à la justice. Sur internet, des sites vous promettent des avocats par téléphone pour répondre à vos questions et suivre votre dossier tout le long de la procédure. J’ai tenté l’expérience.

Appel anonyme d’un site d’avocats

Au barreau d’Angers, aucun avocat n'est inscrit au nom de Lavigne et l’avocate répondant au nom de Dubois ne connaît même pas le service. Car en réalité, il n’y a bien souvent pas d'avocat derrière ces sites qui utilisent, pour crédibiliser leurs services, les noms et les références de vrais professionnels.

Après avoir donné leurs coordonnées bancaires les clients se retrouvent souvent sans nouvelle. Sur internet, des centaines de témoignages ont été déposés et ce ne serait que la partie émergée de l’iceberg. Mais difficile de savoir qui est derrière ces sites souvent basés à l’étranger. Joël Guillon gère le site lesarnaques.com.

Joël Guillon :« Je sais qu’il y a un particulier qui vit à Hong Kong et à chaque fois change son site web, son nom de domaine. Il fait du conseil juridique de chez lui, alors qu’il connaît un petit peu le droit, mais pas autant qu’un spécialiste tel qu’un avocat ou un juriste ! Comme ce sont des site Web qui se trouvent à l’étranger, il est très difficile, même pour la brigade Internet qui est en France, de pouvoir contrer ce genre de sites Web »

- L'Ordre des avocats est bien décidé à s’attaquer au problème Oui et il espère taper un grand coup dans la fourmilière des sites.

La Bâtonnière de Paris, Christiane Feral-Schul : « Les avocats exercent dans le cadre d’une profession réglementée. Là, on se trouve en concurrence directe avec des usurpateurs. Nous avons décidé d’engager une opération coup de poing d’identification sur Internet ; arriver à trouver la bonne adresse et notifier une lettre indiquant qu’il y a une infraction. La troisième étape va déboucher sur une plainte qui est déposée auprès du procureur pour lui signaler un manquement »

__ Tous les sites d’aide juridique en ligne ne sont pas des arnaques. Pour démêler les vrais des faux, des précautions sont simples sont utiles. Par exemple : vérifier si les avocats mentionnés sont bien enregistrés au barreau.

Une chronique de Jeanne Ferron

Les liens

Les Arnaques.com

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.