Nathalie Hernandez met en avant le coup de sang du ténor parisien Jean-Pierre Versini Campinchi, les avocats doivent s'abstenir d'afficher leurs décoration sur leur robe...

Pour ce pénaliste chevronné, défenseur, entre autres, de Jean-Christophe Mitterrand dans l'Angolagate , ce n'est pas une lubie. La Légion d'Honneur, il l'a d'ailleurs refusée ; question de principe. Si ses confrères ont été autorisés à la porter apres la guerre de 1914 c'était pour des faits d'armes. "Aujourdhui il n'y a que de mauvaises raisons, s'agaçe Jean-Pierre Versini Campinchi, d' arborer sur sa robe noire une décoration qu'elle soit bleue pour l'Ordre du Mérite ou rouge pour la Légion d'Honneur". Il a, du coup, pris sa plume pour écrire au Conseil national des Barreaux et à l'Ordre des Avocats à Paris.

Et ses confrères semblent plutôt d'accord, comme Maitre Albert Maruani Beyard. Emmanuelle Hauzer Phelizon, quant à elle, l'a enlevée spontanément.

Mais les avocats ne sont pas les seuls visés : les magistrats aussi !

Plusieurs parlementaires ont meme souhaité qu'aucun d'entre eux ne reçoive de décoration au cours de leur carrière. Mais fort heureusement, pour Virginie Duval, la Secrétaire générale de l'Union syndicale des Magistrats. Jusqu'à présent, aucun texte n'a été validé.

Un petit rappel historique : la Légion d'Honneur, la plus haute décoration honorifique, fut instituée en 1802 par Napoléon Bonaparte qui, non sans une pointe de cynisme, déclarait : « Vous me reprochez de vouloir donner des hochets. Mais c’est avec des hochets qu’on mène les hommes. »

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.