Vardan Petrosyan
Vardan Petrosyan © Chaojoker

Vardan Petrosyan, le "Coluche" arménien, doit être jugé la semaine prochaine dans son pays d’origine pour homicide involontaire. La famille de ce chansonnier, humoriste franco-arménien lance un appel au gouvernement français, car elle craint un déni de justice.

Au départ, il y a un drame de la route. Le 20 octobre dernier, à l'extérieur d'Erevan, Vardan Petrosyan percute devant lui une voiture pleine de jeunes gens. Deux adolescents sont tués, cinq personnes blessées et Vardan Petrosyan lui-même passe trois jours dans le coma, 15 jours en soins intensifs. Mais la justice arménienne n'attend pas : le voici emmené en ambulance au tribunal, qui le place en détention provisoire et à l'isolement comme un détenu dangereux, pendant que sa défense démonte, une à une, les accusations portées contre lui.

Son avocate française, Marie Dosé :

__ Vardan Petrosyan a perdu 15 kilos et reste très faible. Difficile de l'imaginer aujourd'hui quand sur scène, on trouve des vidéos sur internet. Vous le voyez si entraînant, joyeux, chanter Frère Jacques, façon Ray Charles :
__ **Mais Vardan Petrosyan est parfois plus subversif que cela.** Dans les années 80, déjà, il dénonce sur scène le régime soviétique. Il participe aux manifestations lors de la chute du rideau de fer. Dans les années 90, il s'installe en France où il est adopté par la troupe de Robert Hossein. Puis il retourne chaque année en Arménie, où l'on se bouscule pour voir ses one-man show avec, toujours, une dimension politique, raconte**son épouse Ani Hamel :**
__ On comprend que Vardan Petrosyan ne fait pas rire les autorités de Tirana. **La comédienne Marina Vlady fait partie de ceux qui se mobilisent** :__
L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.