La perpétuité incompressible est la peine la plus lourde existant en France. Cette condamnation n'a été prononcée que trois fois et elle est devenue définitive il y a quelques jours pour Nicolas Blondiau.

fla perpétuité requise contre pascal simbikangwa
fla perpétuité requise contre pascal simbikangwa © reuters

Il n'a que 29 ans et son nom côtoie désormais celui de Michel Fourniret et de Pierre Bodein au tableau de ces « perpétuités réelles » comme on les appelle aussi.

Nicolas Blondiau a été reconnu coupable du viol et du meurtre d'Océane, une fillette de 8 ans que le jeune homme avait enlevée en novembre 2011 à Belgarde, dans le Gard. Sa condamnation est bien définitive car il a renoncé à faire un recours en cassation.

Cette perpétuité incompressible est assortie d'une période de sûreté illimitée et la loi n'offre au condamné qu'une seule possibilité, comme nous l'explique l'avocate et ancienne directrice de la centrale de Clairvaux, Virginie Bianchi. Elle connait bien cette question de l'aménagement de peines des détenus les plus lourdement condamnés :

Qui peut tomber sous le coup d'une telle sentence ?

Les textes prévoient deux cas :

- les meurtres avec viol, tortures ou acte de barbarie commis sur des mineurs de moins de quinze ans ;

- le meurtre en bande organisée ou l'assassinat d'une personne dépositaire de l'autorité publique comme un policier ou un magistrat.

D'ailleurs, lors de ses deux procès, l'avocat de Nicolas Blondiau a tout tenté pour lui éviter cette réclusion au très long cours. Aux yeux de Maître Jean-Pierre Cabanes, son client n'a rien d'un violeur ou d'un tueur en série comme Michel Fourniret ou Pierre Bodein. Il n'avait rien fait avant et ne devait pas entrer dans cette catégorie extrême.

A catégorie extrême, peine extrême, sans véritable espoir selonMaître Virginie Bianchi :

Chez nos voisins, l’Allemagne et l’Angleterre ont prévu une peine similaire. Outre-Rhin, il est souhaité que le détenu sorte avant sa mort et outre-manche, il existe un système ouvrant à une hypothétique remise de peine. L'Espagne, le Portugal ou la Norvège n'ont en revanche pas de perpétuité incompressible.

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.