Affiche expositon Maurice Garçon - musée du barreau de Paris
Affiche expositon Maurice Garçon - musée du barreau de Paris © Emmanuel Pierrat / Barreau de Paris

Une exposition « Maurice Garçon, l'éloquence et la plume », est consacrée à ce grand avocat et académicien.

Car au cours de sa carrière longue de plus d'un demi-siècle, Maurice Garçon a suscité de nombreuses vocations.

Nous sommes au cœur de la capitale, à quelques pas de l'église Saint-Eustache, au musée du barreau de Paris. A l'occasion de la parution du Journal de Maurice Garçon , ses pairs ont voulu lui rendre hommage et montrer au public ses écrits, mais aussi ses multiples talents.

Fils de juriste, Maurice Garçon suit les conseils de son père. Il prête serment en 1911 et commence à tenir son journal un an plus tard, qu'il rédigera jusqu'à sa mort, en 1967.

Maître Emmanuel Pierrat, le conservateur du musée, nous présente cet évènement :

15 sec

Le cinq sept 2013 - SON 1 DLP Emmanuel Pierrat

Une quarantaine de petits cahiers dans lesquels l'avocat évoque son époque, les deux guerres, ses semblables, avec férocité parfois. Et un seul principe : la sincérité. Si une cause lui déplait,Maurice Garçon l a refuse, comme il le raconte en 1965 :

14 sec

Le cinq sept 2013 - SON 2 DLP Maurice Garçon 1965

Maurice Garçon avait bien d'autres cordes à son arc. C'était aussi un aquarelliste talentueux, comme nous le décrit Emmanuel Pierrat :

20 sec

Le cinq sept 2013 - SON 3 DLP Emmanuel Pierrat 2

Les talents de Maurice Garçon sont donc à découvrir au Musée du Barreau de Paris jusqu'au mois d'octobre.

Archive de l'INA diffusée ce soir

Fréderic Pottecher : Portait de Maurice Garçon après sa mort

Archive INA 29.12.1967

Maurice Garçon-journal 1939-1945
Maurice Garçon-journal 1939-1945 © Les Belles Lettres - Fayard / Pascal Fouché et Pascale Froment

« Journal 1939-1945 » de Maurice Garçon

version présentée et annotée par Pascal Fouché et Pascale Froment

Une co-édition Belles lettres et Fayard

Evénement(s) lié(s)

Maurice Garçon, l'éloquence et la plume

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.