On parle ce matin de la justice des mineurs, au coeur du film d'Emmanuelle Bercot La Tête haute qui suit__ le parcours d'un jeune délinquant.

Bercot, la tête haute
Bercot, la tête haute © Radio France
L'équipe du film a organisé une projection pour dire merci à tous ceux qui ont participé au projet: le président du tribunal pour enfants de Paris, qui a ouvert toutes les portes, les éducateurs, dont certains jouent leur propre rôle dans le film. La réalisatrice Emmanuelle Bercot avait une obsession : faire un film juste. Une dizaine de jeunes suivis par la justice sont venus à la projection.. L'histoire de Malony, cet enfant en danger, élevé par une mère immature, et qui devient délinquant; leur a semblé très réaliste.__ **Eliès, 19 ans, est suivi dans un foyer d'accueil de jour:** Un effet miroir ressenti aussi par les magistrats et les éducateurs.Tous ont connu ces allers-retours incessants entre progrès et rechute, quand Malony explose, au désespoir de sa juge et de son éducateur. **Au-delà de l'effet miroir, le film lance le débat: Christiane Taubira était invitée à cette projection. La garde des Sceaux a promis une réforme de la justice des mineurs, pour changer de cap dans la vision du mineur délinquant, en rupture avec le climat ambiant.** Et pour **Sarah Massoud** , substitut au parquet des mineurs de Paris il y a urgence. La réponse de la **ministre de la Justice.** On l'a compris, la bataille politique s'annonce rude. Pour se faire sa propre opinion, dépasser ses préjugés, on ne peut que conseiller de voir le très beau film d'Emmanuelle Bercot, ni complaisant, ni misérabiliste, mais simplement juste __ __ _**La tête haute" d’Emmanuelle Bercot est sorti en salles le 13 mai.**_
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.