C'est un tribunal très particulier, au cœur des prisons : les commissions de discipline, devant lesquels les détenus comparaissent pour des actes commis en prison. Depuis 3 ans, des citoyens assesseurs y participent. Rencontre.

Prison de la Santé - Rembobinez
Prison de la Santé - Rembobinez © Radio France

Hélène Erlingsen est une ancienne journaliste. Pendant deux ans, à la maison d'arrêt d'Agen, l'une des plus vieilles prisons de France, elle a siégé comme assesseur dans ces commissions de discipline.

De cette expérience, elle a tiré un livre : L'abîme carcéral , qui recense de façon méthodique -c'est presque une enquête sociologique- les histoires des 263 détenus qu'elle a eu à juger aux côtés du directeur et d'un surveillant de la prison.

55 000 sanctions sont prononcées chaque année dans les prisons françaises. Cela va de l'avertissement à 30 jours de quartier disciplinaire.

Quelles sont les fautes les plus commises en prison?

On pense bien sûr à la violence, maisce qui fait l'ordinaire des commissions de discipline est beaucoup plus trivial, explique Hélène Erlingsen :

Hélène Erlingsen pointe l'absurdité des sanctions à répétition pour ces déperchages et prône, comme l'ancien contrôleur des prisons Jean-Marie Delarue, l'autorisation surveillée des portables, facteur d'apaisement des tensions dans un univers très violent.

C'est la violence de l'univers carcéral qui l'a d'ailleurs le plus marquée. Elle ne stigmatise personne. Les causes de cette violence sont multiples : la vétusté des bâtiments, la surpopulation carcérale, les troubles psychiatriques mal soignés et des détenus de plus en plus jeunes, qui se rebellent davantage. Mais le constat d'Hélène Erlingsen est sans appel. La prison, en France, ne remplit pas sa mission :

Elle termine avec un message à l'adresse des députés et sénateurs : qu'ils aillent en prison rencontrer les détenus comme tous les parlementaires en ont le droit, à tout moment, pour aller voir ce qui se passe derrière ces murs.

__

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.