L’entraîneur du FC Nantes a été renvoyé en début de semaine. La fin d'une longue carrière, pour ce théoricien du football.

Christian Gourcuff
Christian Gourcuff © Getty

Dimanche à 15h le FC Nantes reçoit Dijon en Ligue 1, et Christian Gourcuff ne sera pas sur le banc à la Beaujoire. Dehors les supporters nantais manifesteront contre la gestion de leur club. Cela ne le regarde plus, il a été renvoyé en début de semaine après une nouvelle défaite. Comme s’il l’avait pressenti, il expliquait il y a un mois dans le journal Le Télégramme :  "Quoiqu'il arrive Nantes sera mon dernier club".

Fin de carrière donc à 65 ans pour un entraîneur au palmarès quasiment vierge et qui n'a jamais dirigé de grande équipe. Alors pourquoi laisse-t-il un tel vide ? Christian Gourcuff c'est d'abord une philosophie. 

La recherche du résultat à tout prix, c'est la mort du foot 

Plaisir de jouer, collectif, solidarité : chez d'autres ces mots sont du vent, chez lui ils sont des pierres. Sur ces valeurs, Gourcuff le Breton de Douarnenez construit sa carrière à Lorient. A 27 ans, il y est à la fois joueur, entraîneur et professeur de mathématiques au lycée. Ses modèles seront José Arribas, l’inventeur du jeu à la nantaise basé sur la vitesse et le mouvement, puis Arrigo Sacchi, le grand technicien italien, qui place le jeu au dessus de la victoire. 

Gourcuff est attaché à sa Bretagne mais il est l’un des premiers à regarder au-delà des frontières : la Suisse et le Canada dans les années 1980, plus tard il entraînera au Qatar et en Algérie. Mais au début des années 1990, à 35 ans, il est de retour à Lorient. En 7 ans il mène le club en Ligue 1. Lorsqu’il le quitte définitivement en 2014 après 21 saisons, le club a agrandi son stade, lancé des joueurs internationaux et construit un centre de formation ultra moderne. Une fidélité aujourd’hui rarissime. 

Quant à ses rares expériences, ailleurs en France, à Rennes et Nantes elles se soldent toutes par des échecs.

La métaphore du banc de poisson

Sa personnalité intransigeante, cassante diront certains, n'a sans doute pas aidé à exporter ses principes auxquels il n’a jamais renoncé. Ils reposent sur une organisation immuable en ligne 4 défenseurs, 4 milieux de terrain et 2 attaquants. Le jeu au sol est préconisé, sur toute la largeur du terrain. Interrogez Christian Gourcuff sur le jeu (et il adore ça) et vous aurez l’impression d'un cours de géométrie : profondeur, triangle, espace. 

Question clé : comment occuper l’espace pour récupérer le ballon ? Pour l’expliquer à ses joueurs, Gourcuff utilisait l’image du banc de poisson et ses mouvements synchronisés, vidéo à l’appui si besoin. Un cadre très strict, des gammes répétées sans cesse à l’entrainement (au risque de lasser) au service d’un jeu spectaculaire. Voilà ce que laisse Christian Gourcuff à la Ligue 1 : pas de trophée dans les armoires, mais une certaine idée du foot, une inspiration pour les successeurs.