Le handball, qui rêve toujours de devenir un sport universel, organise ce week-end ses tournois de qualification olympique. 49 ans après son entrée aux Jeux Olympiques, à Munich en 1972, le handball (prononcez hand - balle en raison de ses origines allemandes) reste un sport profondément européen.

Le monde est-il rond comme un ballon de handball ?
Le monde est-il rond comme un ballon de handball ? © Getty / Swen Pförtner/picture alliance

Un seul pays au monde réussit de temps en temps à briser cette hégémonie, la Corée du Sud.

Et encore depuis 2012 les podiums des JO chez les hommes comme chez les femmes sont redevenus 100% européen. 

Seul changement en un demi-siècle, la domination des pays d'Europe de l'Est a laissé place à celle des latins, français et espagnols, et des pays nordiques, Norvège et Danemark en tête. 

Bref, pour ce qui est de la mondialisation, le hand n’a pas beaucoup avancé et c’est pour lui un vrai problème. 

Car parmi les critères retenus par le CIO pour choisir les sports olympiques , figure l’universalité. Or parmi les nations majeurs du hand on ne trouve ni la Chine, ni les Etats Unis, les deux premières puissances mondiales, pas même le Royaume Uni ou le Japon, aucun pays d’Océanie, aucun pays américain.

Le handball court après sa mondialisation 

Premier chantier les Etats-Unis, principal marché du sport mondial.

A la fin des années 2000, la Ligue de handball française organise son final à 4 de la Coupe de la Ligue à Miami dans l’American Airlines Arena, 18 000 places. Résultat 2000 personnes à peine dans les gradins. 

Le fiasco restera sans lendemain. 10 ans après, la sélection nationale américaine reste très faible. Pour lui permettre de progresser, la fédération internationale l’a invité au mois de janvier aux championnats du monde en Egypte. Pas besoin d'en passer par les qualifications.  Pas de chance, les américains ont attrapé le Covid pendant leur préparation, retour à la maison. 

Pour étendre son horizon, le handball a aussi regardé vers le Moyen-Orient.

En 2015, le Qatar organise les championnats du monde et, profitant d’un règlement très souple, construit une équipe nationale à coup de naturalisation : ses joueurs sont français, croates, cubains, égyptiens. Le pays parvient en finale. Aujourd’hui il n’en reste pas grand-chose, la sélection du Qatar n’ira même pas à Tokyo.

Le hand a aussi tenté de surfer sur la mode des sports de plage en poussant le Beach handball comme sport olympique à Paris en 2024

Là encore échec. 

Mais il y a des raisons d'espérer et on les trouve à Montpellier. La capitale du handball en France accueille ce week-end l'un des 3 tournois de qualification olympique. Au côté de la France et de la Croatie, deux nations historiques, deux pays émergents vont tenter de créer la surprise. Le Portugal qui en 10 ans a comblé son retard et éliminé la France de l’Euro l’an dernier.

Les grands clubs du pays, Porto et Benfica, en tête ont investi, recruté des entraineurs étrangers et fait monter le niveau. Et puis il y a la Tunisie où le handball est désormais le deuxième sport du pays derrière le foot, très populaire dans les villes côtières du Nord. 

L’Etat a joué un rôle dans ce décollage en construisant des centres de formation, ce qui a fait progresser l’équipe nationale. France – Croatie – Tunisie – Portugal seuls deux iront au Japon cet été : un peu de sang neuf ne nuirait pas à l’avenir olympique du handball.