Le public revient dans les tribunes en Australie, aux Etats - Unis et bientôt en Europe ! En France il va falloir encore attendre.

Je commence à trouver le temps un peu long, ma dernière fois dans un stade c’était il y a 358 jours. Alors évidemment la semaine dernière quand j’ai vu ça j’ai failli tourner de l’œil  : des spectateurs sans masques qui exultent dans la Rod Laver Arena de Melbourne. Cela se passe à l’Open de Tennis d’Australie. Bien sûr tout cela est fragile : vendredi dernier la découverte d’un cas positif, un seul, a décidé les autorités australiennes à reconfiner. Mais 5 jours plus tard les fans étaient de retour et ce week-end les finales homme et femme se joueront sous les vivas.  Avec une jauge réduite à 7000 personnes mais sans test PCR ni certificat de vaccination, symbole d’un pays qui a quasiment éradiqué la covid.

Ce n’est pas le cas, loin de là, des Etats Unis mais le public y est également autorisé. Exemple à Miami à l’American Airlines Arena, 2000 spectateurs en tribunes quand la salle peut en accueillir 10 fois plus pour voir jouer les basketteurs du Heat. Nous sommes en Floride pas en Australie. L’Etat recense encore près de 5000 contaminations par jour. Mais le club a pris ses précautions : masque obligatoire, distanciation, des salles d’isolement à disposition pour les spectateurs qui se sentiraient mal. Sans oublier la spécialité locale : des chiens renifleurs qui à l’entrée de la salle sont censés détecter les fans porteurs du virus. En fait aux Etats-Unis les protocoles et les autorisations changent d’un état à l’autre. Ainsi à New York à partir de mardi prochain le public fera son retour mais avec un test de dépistage de moins de 72 heures, et prise de température à l'entrée.

Un retour imminent en Europe 

Depuis que les anglais ont fermé leur stade mi-décembre face à la dégradation de la situation sanitaire, les enceintes européennes sont désespérément vides. Toute la question est de savoir si les stades sont des lieux de contamination et là comme souvent difficile de trouver un consensus. Au début du mois le professeur Eric Caumes chef du service des maladies infectieuses à l'Hôpital de la Pitié Salpêtrière explique je le cite :  « on a peut être oublié qu’à l’extérieur on a peu de chances de se contaminer ». Il plaide pour une réouverture.

Le gouvernement n'est pas sur cette position. Contacté hier soir le ministère des sports assure qu'il faut limiter les rassemblements donc inenvisageable de rouvrir à court terme. Pour autant "les projets de réouverture sont bien avancés" dit-on au ministère, "on y travaille activement" et surtout dans le même timing que la culture. Pas question d’ouvrir les musées et les théâtres avant les stades ou les salles.   Cette semaine l’Olympique Lyonnais s’est d'ailleurs proposé comme site pilote. Des discussions ont débuté avec la préfecture du Rhône. Mais c’est en Espagne, en Catalogne que l’on trouve le projet le plus avancé d’Europe, la ville de Gérone prévoit de rouvrir ses stades la semaine prochaine. Il faudra pour cela présenter un certificat numérique délivré après un test négatif ou une vaccination. Le retour en tribune est à ce prix.

Thèmes associés