Pour éviter le déclassement, les clubs de football de Belgique et des Pays - Bas négocient la fusion de leur championnat. Une révolution suivie de près ailleurs en Europe. Pourquoi ne pas consacrer votre samedi confiné au championnat belge, la Jupiler League. Jupiler c’est le nom d’une marque de bière.

En Espagne, une banque qui sponsorise le championnat. En Italie, un groupe de télécom. En France, des livreurs de plats cuisinés. En Belgique, la bière. Ca donne une idée du niveau des championnats. 

La Jupiler League propose demain des affiches comme : Beveren – Saint Trond, Mouscron - Ostende  et Anvers – Charleroi. Vous allez me dire pourquoi il nous parle de ça. Mais Parce qu’on a affaire à une espèce en voie de disparition ! Obnubilés que vous êtes par le Covid vous ne l’aviez pas vu venir : la fin du championnat de Belgique de football ! 

Depuis plusieurs mois, les championnats belges et néerlandais discutent d’une fusion

Et cette semaine les clubs belges ont dit "oui", tous les clubs belges. Voilà le projet :  huit clubs belges, dix clubs des Pays-Bas, vous mélangez le tout et vous obtenez un championnat tout neuf. 

Attention : fusionner des belges et des néerlandais quand on connait l’histoire de ces deux pays ça relève de l’exploit. 

Nous sommes le 25 aout 1830, au théâtre de la monnaie de Bruxelles. On donne un opéra : La muette de Portici qui raconte le soulèvement des napolitains contre le joug espagnol. Les Belges présents dans la salle reprennent le refrain : «  Amour sacré de la patrie, rends nous l’audace et la fierté ». Des émeutes éclatent. Trois mois plus tard la Belgique se sépare du royaume des Pays-Bas. Depuis chacun chez soi : les Belges ont Eddy Merckx , les Néerlandais Joep Zoetemelk et deux championnats, deux traditions de football, auxquels les supporters sont très attachés.

Un projet fou qui peut réussir

L'argent pousse les clubs des deux pays à se rapprocher.

Ces dernières années le fossé s’est creusé entre les grands clubs européens et ceux du Bénélux. En Allemagne les droits télé dépassent le milliard d’euros par an. 

En Belgique c’est dix fois moins. Les résultats sportifs s’en ressentent : ces dix dernières saisons, aucun club belge ou néerlandais n’a atteint les quarts de finale de la Ligue des Champions à l’exception de l’Ajax Amsterdam en 2019. 

En clair soit ces clubs réagissent, soit ils disparaissent de la carte de l'Europe. Alors le calcul est le suivant : Belgique plus Pays Bas c’est un marché de 28 millions d’habitants. Avec des affiches entre grands clubs : Ajax Amsterdam – Anderlecht, Psv Eindhoven - Standard de Liège. 

Des matchs que vous pourrez mieux vendre à l’étranger avec l’espoir de revenus plus importants

Pour cela il faudra harmoniser : les règles fiscales, les appels d’offre pour les droits télé et convaincre les supporters d’abandonner des derbys parfois centenaires. Ca n’est pas encore fait et pourtant l'Europe entière du foot regarde ces discussions avec beaucoup d’intérêt. 

Les Scandinaves pourraient se rapprocher, les suisses et les autrichiens également. C’est peut être la fin de l'Europe du football telle qu’on la connait. Donc tant qu’il en est encore tant : Mouscron Ostende demain après midi.