Le photographe Ken saisit en noir et blanc des portraits d'hommes et femmes sans domicile fixe. Des clichés qui donnent à voir sans misérabilisme le quotidien dans la rue.

Le photographe Ken donne un visage aux SDF
Le photographe Ken donne un visage aux SDF © AFP / JOEL SAGET

141000 sans-abris, aujourd’hui, en France. Des hommes, des femmes, des vieux, des jeunes, pour qui l’été est la pire des saisons : déshydratation, hyper-termie, infections, structures d’accueils fermées…

Les associations tirent la sonnette d’alarme chaque année : pour ceux qui vivent dehors, les beaux jours, ce sont surtout de sales journées.

Le photographe bordelais Ken Wong-Youk-Hong met en lumière ces invisibles de la rue. En Février 2015, il publie « Comme une ombre dans la ville » (Éditeur : PASSIFLORE, 24/02/2015), un livre composé de soixante portraits poignants de ses « amis de la rue ».

Ses clichés, pris sur le vif et toujours accompagnés d’une légende, dévoilent l’œil bienveillant et à l’écoute d’un artiste accompli et engagé, qui cherche à faire sortir de l’anonymat ceux qu’il a photographiés. Un témoignage puissant, émouvant, et parfois dérangeant, qui donne la parole à ces grands oubliés de la société.

Aujourd’hui, on va les regarder en face, sans indifférence, parce qu’ils ont un visage. Alors on va leur rendre leur nom, un prénom : bienvenue dans le monde de Titi, Christian, Christine, Bruno, P’tit Louis et tant d’autres. Bienvenue dans le monde des sans-abris.

Aux côtés de Ken Wong-Youk-Hong, Christian Page, sans-abri, vient raconter sa vie dans la rue.

L'univers de Ken...

La page Facebook de Ken

Son choix musical : Another world d'Ane Brun. Ce que chaque ami de la rue recherche, c'est un autre monde, plus paisible.

Sa photo : une sans-abri, prise en photo au réveil, à sept heures du matin, après une nuit passée dans le froid et la pluie. Ses yeux s'ouvrent à peine, tristes et remplis d'espoir.

Pour afficher ce contenu Instagram, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Son texte : Le cœur riant de Charles Bukowski, 1996. "Ce poème est une petite lumière, une touche d'espoir."

Son objet : un bibelot, un éléphant en bois, placé au-dessus de la télé de ses grands-parents. Symbole d'un lien familial puissant, ce petit éléphant est émouvant.

Pour afficher ce contenu Instagram, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Programmation musicale :

  • Futuro Pelo - Hands
  • Arto Lindsay - Seu Pai
  • Otis Redding - (sittin' on) the dock of the bay

Retouvez Ken et ses photos des sans-abris le 30 Juillet à 16h aux Ateliers de Couthures, festival international de journalisme vivant.

Les invités
L'équipe
Thèmes associés