Philippe Corbé, journaliste basé aux Etats-Unis, s'est retrouvé à couvrir la tuerie d'Orlando en juin 2016. Un attentat homophobe où public et privé se sont brutalement télescopés.

Recueillement devant le Pulse, après la tuerie du 12 juin à Orlando
Recueillement devant le Pulse, après la tuerie du 12 juin à Orlando © AFP / Julian Leek / Citizenside

Bienvenue dans un monde où on danse comme on respire. Jeunes, vieux, beaux, laids, on se montre et on se mate, on se déhanche et on s’approche, on s’aime et parfois même on s’embrasse à pleine bouche. Ce monde-là vit la nuit. On imagine tout parce qu’on ne voit pas grand-chose et qu’on n’entend pas bien. La musique est trop forte, elle fait tourner la tête mais d’un coup elle s’arrête.

Juste avant, c’était du Beyoncé, et puis le silence. On entend siffler le bruit des balles. Tout le monde s’arrête de danser. Statues de chair et de sang qui bientôt vont s’écrouler, une par une et jusqu’à quarante-neuf. C’est une tuerie, une boucherie. On est à Orlando, au Pulse, une boîte de nuit, dans un monde qui n’en croit pas ses yeux : l’attentat du Pulse nous glace le sang. La machine médiatique s’emballe et dans le monde entier, on filme, on cadre, on enregistre. C’était le 12 juin 2016.

Dans le studio, Giulia Foïs reçoit le journaliste Philippe Corbé. Dépêché à Orlando pour couvrir l’événement, il fait le récit de ses reportages et de l'écho que l'attentat a eu dans sa vie dans J’irai danser à Orlando aux éditions Grasset. Un livre à la croisée des chemins entre l’essai et le journal de bord.

L'univers de Philippe Corbé...

Son choix musical : I wanna dance with somebody de Whitney Houston

Sa photo :

Son texte : Extrait d'un texte de Frank Ocean publié sur Tumblr, le 21 juin 2016

Son objet :

Programmation musicale

  • Malik Djoudi - Sous garantie
  • Gorillaz - She's my collar
  • Vanessa Paradis - Love Song
Les invités
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.