Et si on l’écoutait un peu plus ce fameux rêveur qui sommeille en nous…

Alain Guyard et Raphaël Enthoven
Alain Guyard et Raphaël Enthoven © Radio France / Laurence Garcia

Raphaël Enthoven et Alain Guyard

Dans tes rêves, y’a un batteur d’estrade qui parle de Socrate et de Platon en buvant des canons sous un chapiteau paumé dans la montagne. C’est un drôle de bonimenteur qui ne vend pas de camelote mais distribue de la pensée gratuite à tous les cerveaux disponibles pour mieux se redresser. Sur la main gauche, il s’est fait tatouer T-O-U-T. Sur la main droite : R-I-E-N. Ne cherchez pas la thèse, l’antithèse, ou la synthèse. Les plans à la con et les 0/20, c’était avant.

Dans tes rêves, Spinoza, Montaigne et Descartes sont les finalistes de la présidence imaginaire de la XXe république. Ça vole haut, c’est brillant, c’est beau et toi tu planes en écoutant ces anciens si modernes qui clouent le bec aux réac de la toile post moderne et déjà si vieille.

Dans tes rêves, y’a le pays de ton enfance et celui de l’utopie.

Y’a pas de morale à la fin, tout est possible, tu deviens un autre

Et si on l’écoutait un peu plus ce fameux rêveur qui sommeille en nous…

Alain Guyard et Raphaël Enthoven
Alain Guyard et Raphaël Enthoven © Radio France / Laurence Garcia

Raphaël Enthoven

Professeur de philosophie. Il anime les émissions “Philosophie” sur Arte et “La morale de l’info” sur Europe 1. Il a reçu le prix Femina de l’essai en 2013 pour son Dictionnaire amoureux de Marcel Proust, co-écrit avec Jean-Paul Enthoven (Plon-Grasset). Parmi ses ouvrages récents : Matière première (Gallimard, 2013) et Le Snobisme, co-écrit avec Adèle Van Reeth (Plon, 2015).

Son livre : _Anagrammes pour lire dans les pensée_s - Raphaël Enthoven, Jacques Perry-Salkow - dessins de Chen Jiang Hong_ Editeur Actes Sud

Le monde est renversant, le sens est réversible, enseigne l’anagramme. Un art combinatoire qui consiste à déplacer les lettres d’un mot pour en former un autre. Un art de l’étonnement. Avec lui, l’espérance devient la présence, l’avoir ou l’être se change en l’or ou la vérité, et il arrive qu’un maître à penser soit un ami à présenter…

Mais une anagramme, c’est beaucoup plus qu’une anagramme. Chaque trouvaille est une aventure pour l’esprit. Quel chemin mène de la démocratie à l’art de la comédie ? Quel autre conduit Antigone jusqu’à sa négation ? Et que reste-t-il d’une question sans réponse ?

Raphaël Enthoven et Jacques Perry-Salkow, le professeur et l’artiste, nous emmènent dans les paysages buissonniers du langage et de la pensée.

Raphaël Enthoven et Jacques Perry-Salkow nous convient ici à esquisser une histoire buissonnière de la pensée, dans un livre qui offre à l’appétit du savoir un banquet grave et malicieux, un dialogue incessant où les lettres parlent et où le philosophe répond (ou l’inverse).

Alain Guyard

Philosophe clinicien

Alain Guyard a enseigné la philosophie de 1990 à 2005, d’abord à l’université de Bourgogne puis en lycée. En 2000, il décide d’exposer la philosophie à des publics pour qui elle devient une nécessité, urgente et vitale parce qu’ils sont menacés par la réduction de l’homme à sa « vie nue » selon l’expression d’Agamben. En 2003 il va mettre en place des ateliers de philosophie dans divers centres pénitentiaires, d'abord, à la maison d'arrêt de Nîmes, puis dans d'autres centres pénitentiaires pour promouvoir l'art brut chez ceux qu'il appelle les « esthètes bruts ». Il étend son champ d’intervention à partir de 2010 aux milieux psychiatriques, hospitaliers, aux unités de soins palliatifs et aux centres d’hébergements et foyers. S’inspirant des acquis de la psychothérapie institutionnelle, il y ajoute le récit fictionnel comme mode de re-subjectivation. Sa pratique de terrain est inséparable de la rédaction de ses romans, essais philosophiques, pièces de théâtre et de ses interventions publiques. Toutes procèdent de cette même préoccupation politique : recourir à la puissance de la narration fictionnelle pour guérir de la perte du monde symbolique.

Batteur d’estrade

Auteur de romans, de pièces de théâtre et d'essais, d'aucuns rapprochent son œuvre de littérature prolétarienne des années 30, et notamment de celle d'Henry Poulaille. Son style est emprunté à l'argot de telle sorte qu’on a dit de lui qu'il « descend d'Albert Simonin, de Frédéric Dard et de Michel Audiard ». Parce qu'il emprunte sa gouaille au monde des bonimenteurs et autres camelots, on lui accolera vite l'étiquette de « philosophe-forain ». Pour sa part, il revendique l'héritage d'Albert Cossery. Philosophe itinérant, allant de foire en festival, de bistro en barnum, il a transformé l'enseignement de la philosophie en une performance canaille et populaire.

Son livre : 33 leçons de philosophie par et pour les mauvais garçons - Alain Guyard - Editeur Dilettante

33 leçons de philo où les philosophes sont révélés sous leur vrai jour : des mauvais garçons, en butte à l’autorité religieuse, politique de leur temps, en bagarre constante contre la bêtise, parfois en fricotant furieusement avec les limites de la légalité. 33 cours théoriques pour dépoussiérer la philosophie suivis d’exercices pratiques et métaphysiques cocasses, surprenants et/ou cochonesques. 33 leçons pour rendre à la philosophie, aujourd’hui si populaire mais si inoffensive, son maquis et sa bonne odeur de poudre, de fer chauffé à blanc, et de vin rouge.

Tobie Nathan décrypte vos rêves en partenariat avec Psychologies Magazine.

Parution Décembre 2016

Chronique :" Dans mon rêve mon père avait perdu un œil "

Programmation Musicale

  • "Fade into you " - MAZZY STAR
  • "Sastanàqqàm " - TINARIWEN
  • "Le lac" - JULIEN DORE

L'équipe

Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.