Et si on l’écoutait un peu plus ce fameux rêveur qui sommeille en nous…

Bruno Gaccio et Patrick Viveret pour Dans tes rêves
Bruno Gaccio et Patrick Viveret pour Dans tes rêves © Radio France / Laurence Garcia

Bruno Gaccio et Patrick Viveret

Dans tes rêves, l’homme et le loup fument le calumet de la paix en écoutant le chant des colibris.

Dans ce nouveau monde, les prédateurs sont en voie de disparition depuis que les clones de Bouddha et Gandhi ont redistribué à égalité les richesses de la fraternité et de l’empathie.

Dans tes rêves, des cabanes en bois perchés sur les arbres centenaires ont remplacé les dorures des vieux palais de la République. Dans les écoles à l’énergie solaire, on donne des cours de maths humanistes, d’économie partagée, de réchauffement climatique des cœurs.

Y’a plus de chiffre, plus de note, plus d’indicateur de richesses qui se trompent de valeurs. Perdre sa vie à vouloir la gagner, c’est une vieille règle du passé composé d’avant.

Dans tes rêves, y’a le pays de ton enfance et celui de l’utopie.

Y’a pas de morale à la fin, tout est possible, tu deviens un autre

Et si on l’écoutait un peu plus ce fameux rêveur qui sommeille en nous…

Bruno Gaccio et Patrick Viveret pour Dans tes rêves
Bruno Gaccio et Patrick Viveret pour Dans tes rêves © Radio France / Laurence Garcia

Bruno Gaccio

Écrivain, scénariste, producteur ou chroniqueur, Bruno Gaccio est l'auteur de nombreux ouvrages, parmi lesquels Le Guignol et le Magistrat (avec Philippe Bliger, Éditions Flammarion), Blanc, c'est pas nul (avec Marie Naudet, Editions Descartes & Cie) et Petit Manuel de survie à l'intention d'un socialiste dans un dîner avec des gens de gauche (Éditions Les liens qui libèrent).

Son dernier livre : " Les cent derniers jours du Parti socialiste" Paru le 18 janvier 2017 Editeur Les Liens qui libèrent

« À l'enterrement d'un Parti mort - Deux militants s'en vont. Ils ruminent leur sort . Trouvent injuste sa disparition ; Ils sont les seuls que ce trépas étonne ? Cela prouve que ce sont eux qui déconnent. » Ça n'est pas si grave la mort d'un parti. Tout est mortel.

Les choses naissent, croissent, atteignent leur apogée et déclinent. Puis elles meurent. Pour beaucoup d'entre nous, ce sera comme perdre un ami, une tristesse. Mais c'est inéluctable. Le PS n'a plus aucune rationalité électorale. Un comble pour un parti qui se voulait réaliste et raisonnable.

La mort du Parti socialiste aura lieu le 23 avril 2017. L'enterrement le 9 mai suivant. Peu importe la forme que prendra cette disparition, la pire étant que le nom reste, vide de sens, peuplé de vieux notables, vendant leur bonhomie pour quelques circonscriptions gagnables. Pitié, pas ça.

Des maladies le rongeaient depuis 35 ans. Elles étaient mortelles :

Libéroencéphalite dégénérative, Bordéloplastie, Déboussolite rétractile, syndrome de la Vallssette, Surdité profonde, Cécité totale, etc. Mais là où il fallait sans doute des remèdes de cheval, on lui a refilé des placebos... Repose en paix.

Patrick Viveret

Patrick Viveret est philosophe et magistrat honoraire à la Cour des comptes. Il a initié avec d'autres intellectuels et animateurs de réseaux citoyens, dont Abdennour Bidar, le Mouvement du 11, dont le thème central est « Faites de la fraternité ! », afin de faire vivre et grandir l'esprit de fraternité qui s'est manifesté après les attentats de début janvier. Il a publié de nombreux ouvrages, parmi lesquels La cause humaine (éditions LLL).

Ses derniers livres :

"Fraternité, j'écris ton nom !" Paru le 13 mai 2015 Editeur Les Liens qui libèrent

Que reste-t-il de l'esprit du 11 janvier ? Y a-t-il une alternative à la peur et aux logiques sécuritaires ? La réponse est venue des manifestations qui se sont levées partout dans le monde après les attentats meurtriers. Une autre voie est possible et porte un nom bien connu mais que nous feignons d'oublier : la Fraternité. Il est temps de redonner à l'oubliée de la République toute sa force. Non, la fraternité n'est pas cette vieille cousine que, selon l'expression de Régis Debray, nul ne songe à inviter à danser. Elle est plutôt cette jeune femme passionnée et passionnante qui nous permet de construire une alternative aux logiques de guerre et de repli identitaire.

Entrons dans la danse avec elle !

"Le bonheur en marche" Patrick Viveret, Mathieu Baudin Paru le 24 avril 2015 Editeur Guérin

Faut-il changer notre regard sur le monde pour changer le monde ? C'est un des secrets que délivrent ces dialogues sur le bonheur, imaginés en marchant dans la vallée de Chamonix, en compagnie de deux philosophes, Patrick Viveret et Mathieu Baudin. Embarquez-vous en lisant, en marchant, sur les chemins du changement...

La programmation musicale

  • "Save me" Nina Simone
  • "City of stars" Ryan Gosling / Emma Stone
  • "Ne me change pas" Mesparrow
L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.