Et si on l’écoutait un peu plus ce fameux rêveur qui sommeille en nous…

Lola Lafon et Christian Olivier
Lola Lafon et Christian Olivier © Radio France / Laurence Garcia

Lola Lafon et Christian Olivier

Dans tes rêves, tu portes une toge d’empereur sans culotte, tu ressembles à un clone de césar. Un César triste et paumé dans ce banquet baroque de fin du monde au milieu des Gavroche et Jaurès, d’anges moustachus et d’hommes-sirènes. C’est le nouveau péplum de la télé réalité avec César en figurant intermittent précaire du spectacle du mélange des genres.

Dans tes rêves, y’a une petite fille qui ne souriait jamais. Même quand elle décrochait les meilleures notes et les félicitations du jury. Elle ne souriait jamais dans son juste au corps de championne. Elle semblait si inquiète. Elle anticipait déjà la chute de la poutre, la chute de l’ange blanc. Elle imaginait déjà dans le futur proche la fin des idoles et des statues du passé.

Dans tes rêves, y’a le pays de ton enfance et celui de l’utopie.

Y’a pas de morale à la fin, tout est possible, tu deviens un autre.

Et si on l’écoutait un peu plus ce fameux rêveur qui sommeille en nous…

Lola Lafon et Christian Olivier
Lola Lafon et Christian Olivier © Radio France / Laurence Garcia

Lola Lafon

D’origine franco-russo-polonaise, élevée à Sofia, Bucarest et Paris, Lola Lafon s’est d’abord consacrée à la danse avant de se tourner vers l’écriture.

Après des publications dans des fanzines et des revues alternatives , elle a été répérée par des revues littéraires ( la N.R.V, entre autres, qui a publié ses premières nouvelles en 1998 et jusqu’en 2000.)

Ses trois premiers romans sont parus chez Flammarion : Une fièvre impossible à négocier (traduit en espagnol et en italien et lauréat du « Prix A tout lire »), De ça je me console et Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce , (Prix Coup de Cœur de la 25ème heure au salon du Livre du Mans et finaliste du Prix Marie-Claire) Ce dernier roman paraîtra aux Etats-Unis en janvier 2014 chez Seagull Books. Il a également été adapté au théâtre par la compagnie « Les Fugaces » dans une version road-movie et Leila Kilani, la réalisatrice de « Sur la planche » travaille actuellement à une adaptation cinéma.

Politiquement engagée dans plusieurs collectifs anarchistes, antifa et féministes, Lola Lafon s’est parfois exprimée dans certains quotidiens et a publié deux fois dans la N.R.F, dont un article dans le numéro spécial « Où en est le féminisme ». Elle donne également quelques ateliers d’écriture dans des lycées pour la plupart classés en « difficulté » ( !) et elle a, en 2013, commencé à animer un atelier d’écriture à Bucarest, en français, avec des jeunes roumain(e)s.

Lola Lafon est également musicienne. Un premier album « Grandir à l’envers de rien » est sorti en 2006 chez Label Bleu/Harmonia Mundi et le deuxième, « Une vie de voleuse » en 2011 chez Harmonia Mundi.

Chaque sortie de roman a été accompagnée d’un « concert lecture ». Après une commande du Festival « les Correspondances de Manosque » à la sortie de « De ça je me console », elle a, avec ses deux musiciens, effectué une tournée de plus de trente dates qui s’est terminée aux Bouffes du Nord.

Pour la sortie de Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s’annonce , Lola Lafon a, à la demande du théâtre de l’Odéon, créé un concert-lecture inédit intitulé « La petite fille au bout du chemin », qui mêlait différents textes d’auteurs divers, tous autour de la figure de son héroïne et de ses comparses imaginaires et littéraires.

Puis, à l’occasion de l’édition 2014 du festival d’Avignon, elle crée avec la danseuse étoile du ballet de l’opéra de Paris, Marie-Agnès Gillot, le spectacle Irrévérence(s).

Enfin, pour La Petite communiste qui ne souriait jamais, le spectacle littéraire, musical et chorégraphique a été créé à la Maison de la Poésie en février 2015.

Le site de Lola Lafon

Ses derniers livres:

La petite communiste qui ne souriait jamais - Paru le 6 mai 2015 - Editeur Actes Sud - Collection Babel

Fascinée par le destin de la petite gymnaste roumaine de quatorze ans apparue aux JO de Montréal en 1976 pour devenir immédiatement un mythe planétaire, la narratrice de ce roman imagine l'expérience que vécut cette prodigieuse fillette venue, par la pureté de ses gestes, incarner aux yeux du monde le rêve d'une enfance éternelle. Mais quelle version retenir du parcours de cette petite communiste qui ne souriait jamais et qui voltigea, d'Est en Ouest, devant ses juges sportifs, politiques ou médiatiques, entre adoration des foules et manipulations étatiques ?

Plus proche de la légende d'Icare que de la mythologie des "dieux du stade", hommage à une fée qui mit à mal guerres froides, ordinateurs et records, le roman de Lola Lafon délivre aussi une passionnante méditation sur l'invention et l'impitoyable évaluation du corps féminin.

Une fièvre impossible à négocier - Paru le 17 août 2016- Editeur Actes Sud - Collection Babel

Landra n'est plus la même depuis le 14 septembre, ce jour où un homme en qui elle avait confiance l'a violée. Son existence a volé en éclats, la peur la tenaille, mais il lui reste la colère ; c'est elle qui la mène dans un squat, aux côtés d'activistes en lutte contre une société qui considère les humains comme consommables, voire jetables. Sa famille de coeur sera Étoile Noire Express.

Landra a grandi en Roumanie, à l'époque des réunions secrètes et des mises sur écoute. Arrivée à Paris pour y trouver la liberté, elle a découvert un capitalisme qui entrave, contraint, tue. Le combattre est une manière de canaliser la rage, collective et individuelle.

Manifeste d'une jeunesse insoumise et solidaire, le premier roman de Lola Lafon est un conte incandescent à la poésie sauvage.

Christian Olivier

Chanteur, guitariste, accordéoniste, parolier, compositeur et graphiste.

Il est membre fondateur de Têtes Raides et des Chats Pelés

Le site de Christian Olivier

Les invités

L'équipe

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.