Et si on l’écoutait un peu plus ce fameux rêveur qui sommeille en nous…

Florence Cestac et Jean Teulé dans les couloirs de la Maison de la Radio
Florence Cestac et Jean Teulé dans les couloirs de la Maison de la Radio © Radio France / Laurence Garcia

Florence Cestac et Jean Teulé

Dans tes rêves, y’a un grand type vêtu de noir qui tape avec deux doigts sur sa vieille machine à écrire dans un garage décoré de tableaux accrochés à l’envers. Il se marre tout seul, avec son rire venu d’ailleurs, en parlant à ses chers fantômes. Des serials killers, des sorcières et autres salauds des faits divers. L’écrivain bizarre aime bien la compagnie des dingos dans la marge de sa page jamais blanche.

Dans tes rêves, tu t’inventes une aventure érotique avec le Che Guevara si sexy dans ton poster, juste sous le portrait de Jésus qui aurait bien aimé fumer un cigarillo avec le Che. A chacun ses dieux. Tes héros, tu les préfères rebelles avec des gros nez et des gros muscles pour te porter en Calamity Jane sur ton canasson du grand soir.

Dans tes rêves, y’a le pays de ton enfance et celui de l’utopie.

Y’a pas de morale à la fin, tout est possible, tu deviens un autre

Et si on l’écoutait un peu plus ce fameux rêveur qui sommeille en nous…

Florence Cestac

Florence Cestac est née un 18 juillet à Pont- Audemer. Après une scolarité modeste (pas de diplômes trop voyants), elle intègre, en 1965, les Beaux-Arts de Rouen et, en 1968, les Arts décoratifs de Paris. Elle a toujours dessiné, avec une fourchette dans sa purée au début, puis pour Salut les copains, Lui et 20 Ans. Après avoir rencontré Étienne Robial, elle ouvre avec lui, en 1972, la première librairie parisienne de bandes dessinées, Futuropolis, et fonde, en 1975, les éditions du même nom. Dans le feu de l’action, elle devient maquettiste, emballeuse, livreuse, photograveuse, traductrice, nounou d’auteurs, attachée de presse et directrice de collection. C’est à cette époque, entre deux préoccupations éditoriales, qu’elle devient auteure en créant le personnage d’Harry Mickson. Après quoi, elle n’arrête plus jamais. Parallèlement à ses nombreuses productions en solo, elle concocte des albums avec d’excellents auteurs et scénaristes, comme René Pétillon, Tonino Benacquista, Jean Teulé, Daniel Pennac. Elle est la seule femme à avoir été récompensée par le Grand Prix d’Angoulême, en 2000, ce qui fait d’elle la présidente d’Angoulême 2001, avec jury presque exclusivement féminin, rétrospective passionnante de son œuvre et discours de Charlie Schlingo depuis le balcon de la mairie – comment ne jamais prendre au sérieux les choses sérieuses…

Ses derniers albums

Filles des Oiseaux - Volume 1, N'oubliez jamais que le seigneur vous regarde ! - Paru le 9 septembre 2016 - Editeur Dargaud

Comment j'ai dessiné Filles des oiseaux, la leçon de dessin de Florence Cestac :

Honfleur, au pensionnat des Oiseaux, un établissement pour jeunes filles tenu par des soeurs chanoinesses de saint Augustin, dans les années soixante. Marie-Colombe et Thérèse ont 13 ans. L'une vient d'une famille très aisée vivant à Neuilly ; l'autre, d'une famille du coin, dans laquelle on est paysans depuis des générations. Les deux jeunes filles deviennent inséparables et font les 400 coups dans le vénérable pensionnat. Une amitié à toute épreuve dans la France des sixties.

Harry Mickson & Co. - Paru le 7 octobre 2016 - Editeur Dargaud

Nous sommes dans les années 1970. Étienne Robial et Florence Cestac ont ouvert la librairie Futuropolis et créé les éditions du même nom. À ses (rares) heures perdues, Cestac griffonne, sur son éphéméride, un personnage transgenre, moitié animal (Mickey Mouse) moitié homme (le détective Harry Dickson). Un peu plus tard, un premier album éponyme paraît ; il est daté du quatrième trimestre 1980. S'ensuivent cinq autres albums, tous rangés sous la glorieuse bannière de Futuropolis : Harry Mickson nettoie ses pinceaux (1982), Mickson et les Gaspards (1985), Ma vie est un roman policier (1986), Le Chien coiffé (1986) et enfin – premier chef-d'oeuvre qui lui vaudra un Alph'art de l'humour à Angoulême –, Les Vieux Copains pleins de pépins (1988).

Jean Teulé

Jean Teulé est l’auteur d’une quinzaine de romans, tous publiés chez Julliard, parmi lesquels, Je, François Villon (prix du récit biographique) ; Le Magasin des Suicides (traduit en dix-neuf langues), adapté en 2012 par Patrice Leconte ; Darling, également porté sur les écrans par Christine Carrière, avec Marina Foïs et Guillaume Canet ; Mangez-le si vous voulez ; mis en scène à Paris en 2014, tout comme Charly 9 qui s’est joué en 2014 à Metz ; Les Lois de la gravité, déjà adapté au cinéma en 2013 par J-P. Lilienfeld sous le titre Arrêtez-moi ! avec Miou-Miou, s’est joué à partir du mois de février 2015 au Théâtre Hébertot ; Le Montespan (prix Maison de la Presse et Grand prix Palatine du roman historique), est également en cours d’adaptation cinématographique et Fleur de tonnerre, adapté par Stéphanie Pillonca Kervern, sortira en salles en 2016 avec Benjamin Biolay et Déborah François dans le rôle de l’empoisonneuse.

Son livre : Comme une respiration... - Paru le 1er octobre 2016 - Editeur Julliard

Respirez ! À fond ! Et laissez-vous emporter par la fantaisie malicieuse et cruelle de Jean Teulé qui dit l'extraordinaire des destins ordinaires. 40 nouvelles qui parlent des gens. Des gens incroyables, capables de tout, tour à tour meurtris et joyeux

Programmation Musicale

"Les animals " - Hildebrandt

"Feel like me" - Cassius / Cat Power

"Move on up" - Curtis Mayfield

Les invités

L'équipe

Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.