Et si on l’écoutait un peu plus ce fameux rêveur qui sommeille en nous…

Camille Emmanuelle et Arthur Dreyfus
Camille Emmanuelle et Arthur Dreyfus © Radio France / Laurence Garcia

Arthur Dreyfus et Camille Emmanuelle

Dans tes rêves, l’homme est beau, grand, musclé, épilé, blanc, hétéro, dominateur. Il est milliardaire parce qu’il le vaut bien.

Un loft à New- York, un jet privé, une Rolex à 30 ans parce qu’il a réussi sa vie. Pas comme nous autres, pauvres losers en toc.

Dans tes rêves, la femme est jeune et jolie, dominée et fauchée. Quand l’homme lui offre des talons Louboutin et un job en or, elle rougit et s’offre à lui dans des draps de satin, à l’ancienne, en éteignant les lumières comme Ken et Barbie, pour faire des bébés bling bling.

Dans tes rêves, un vieil homme se raconte des voyages imaginaires face à son circuit de trains électriques. Dans son garage, il fait marcher des locomotives miniatures et autres trains fantômes. Il a envie de partir pour de vrai, là-bas dans ce pays qui a tué son épouse. Pour elle, c’était sa première retraite au soleil, lui n’a jamais eu de Rolex.

Dans tes rêves, y’a le pays de ton enfance et celui de l’utopie.

Y’a pas de morale à la fin, tout est possible, tu deviens un autre

Et si on l’écoutait un peu plus ce fameux rêveur qui sommeille en nous…

Camille Emmanuelle et  Arthur Dreyfus pour "Dans tes rêves"
Camille Emmanuelle et Arthur Dreyfus pour "Dans tes rêves" © Radio France / Laurence Garcia

Arthur Dreyfus

Arthur Dreyfus, né en 1986, a publié chez Gallimard trois livres remarqués : La Synthèse du Camphre (2010), Belle Famille (2012, prix Orange du livre) et Histoire de ma sexualité (2014). Il a également publié chez Flammarion Le livre qui rend heureux (2011) et 101 Robes (2015).

Son dernier livre : Sans Véronique Paru le 3 janvier 2017 Editeur Gallimard

« Plusieurs secondes ont passé, durant lesquelles Bernard s'est efforcé d'ordonner les mots qu'il venait d'entendre, et qui s'enchevêtraient dans son esprit : Sousse, la Tunisie, un attentat, ce matin, Véronique - tout cela n'avait aucun sens, Monsieur, vous m'entendez ? a articulé la voix, tandis que, de l'autre côté, Bernard se mettait à trembler, écrasant sa main gauche sur la tablette du téléphone, ici les chiens, qui avaient perçu son état, se sont approchés, avant qu'une phrase enfin s'échappe de sa bouche : Qu'est-ce qui est arrivé à ma femme ? »

Camille Emmanuelle

Camille Emmanuelle, 36 ans, est journaliste, chroniqueuse et auteur. Elle travaille autour des questions de sexualités, de culture érotique, de culture porn, de féminismes, et de genre. Elle écrit pour Les Inrocks, L'Obs, et Brain Magazine. Elle a publié Paris-couche-toi-là, aux éditions Parigramme (2014), Sexpowerment, le sexe libère la femme (et l'homme), aux éditions Anne Carrière (2016)

Son dernier livre : Lettre à celle qui lit mes romances érotiques, et qui devrait arrêter tout de suite - Paru le 2 février 2017- Editeur Les échappés

« L'homme est blanc, dominant riche, musclé, performant sexuellement et pénétrant. La femme est blanche aussi, pauvre, pénétrée, elle attend qu'un homme la comble sexuellement (et si possible la comble aussi de cadeaux). »

Les romances érotiques se suivent et se ressemblent : la femme et l'homme répondent à des stéréotypes étriqués, leurs interactions sont autant simplistes que convenues et le désir féminin doit se cantonner à quelques clichés hyper réducteurs.

Quant aux maisons d'édition friandes de ce genre littéraire, qui séduit de plus en plus de lectrices, elles empruntent à la production industrielle ses méthodes et ses cadences. Saviez-vous que chaque personnage doit avoir une blessure secrète ? Qu'il y a des tapis en poils de bête sur lesquels il ne fait pas bon faire l'amour ? Que six jours peuvent suffire à écrire une romance ? Ou encore que chaque personnage a une « fiche » consignée sur un tableau Excel ? ...

Camille Emmanuelle, qui a écrit sous pseudo une douzaine de romances érotiques, nous ouvre les portes de ce genre littéraire qui, à force de favoriser une sexualité normalisée, devient un obstacle à une réelle libération sexuelle de la femme. Avec la verve qui la caractérise, elle dénonce l'éternelle comédie qu'on veut, encore, faire jouer à l'homme et à la femme.

Livre à paraitre le 9 mars : Sang tabou : ne plus jamais rougir de nos règles - Editeur la Musardine

son site

La chronique de Tobie Nathan

Le rêve « J’ai honte d’être vue » extrait de son livre " Les secrets de vos rêves "- Paru le 7 septembre 2016 - Editeur O. Jacob

La programmation musicale

Matilda - ALT J

Location - KHALID

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.