Le mythe de Gaulle décrypté par un anti-gaulliste qui a vécu les années où l'homme était au pouvoir. Serge July était alors patron de presse et ne cache pas son inimitié pour De Gaulle. Il affiche aussi un grand respect pour son incarnation politique jusqu'à nos jours notamment via les institutions de la Ve République.

Le général Charles De Gaulle, en 1968
Le général Charles De Gaulle, en 1968 © Getty / Keystone-France / Contributeur

▶︎ En partenariat avec le journal La Croix

En 1958, le général de Gaulle avait beaucoup d'ennemis politiques, pas simplement des adversaires, et parmi eux, certains avaient été du bon côté pendant la Seconde Guerre mondiale, comme les communistes. Figurent aussi beaucoup de démocrates, de grands républicains comme Pierre Mendès-France qui craignaient le retour d'un général potentiellement potentat, incarnation d'un pouvoir personnel et autoritaire. Dans les années 1960', ce sont aussi les jeunes urbains, souvent situés à l'extrême gauche ou ceux qui, tout simplement, étaient épris de liberté et de libération en tout genre.

Pour beaucoup, il n'était pas exclusivement l'homme de la Résistance, de la République, du rassemblement comme il avait pu le laisser croire depuis la guerre puis après à l'époque du tripartisme d'après-guerre et la mise en place du gouvernement provisoire (GPRF) dont l'alliance politique majeure avait été possible grâce au programme du Conseil national de la Résistance

Si sa grandeur politique, et l'image de la Résistance qu'il porte jusqu'à la Libération, permet de réunir pour un temps l'ensemble des forces politiques françaises pour la Reconstruction, elle les cristallise aussi très rapidement autour des nouveaux enjeux qui sont ceux de l'après-guerre (colonisation, Guerre froide, conservatisme, autoritarisme…). Cette image de rassembleur est très vite remise en question jusqu'à ce que se concrétise, en 1958, sa conception d'une organisation politique et d'un État démocratique fort. Ca sera l'inauguration des institutions de la Ve République. Le Rassemblement du peuple français (RPF), son parti politique fondé en avril 1947, sera comme un dernier baroud d'honneur avant de connaitre les premières grandes divisions face à la Troisième Force. D'autres viendront jusqu'à sa démission le 28 avril 1969. 

Mais le mythe gaulliste, lui, est toujours aussi présent. L'image qu'il nous revient est souvent celle du rassembleur. Nous verrons comment celle-ci reste toujours aussi pregnante aujourd'hui dans la prise de parole de nos hommes politiques. 

Invité 

Rétrospective sur l'époque gaullienne avec l'ancien patron du journal Libération qui juge cette dernière de "violente" et "autoritaire". Un caractère hyper centralisé de la Cinquième République qui se traduit encore aujourd'hui d'après lui.

Beaucoup de grands hommes font des choses formidables mais ils ont énormément de petitesses

Serge July, est anti-gaulliste, il est une figure historique née en pleine Seconde guerre mondiale. Ancien patron de presse, il dirige le journal Libération de 1973 à 2006. En 1965, il devient président de l'UNEF, il rejoint le Mouvement du 22 Mars et milite en tant qu'anti-gaulliste. Il partage avec vous son regard sur l'homme politique De Gaulle.

De Gaulle, pour moi, c'est 1958, c'est un régime hyper autoritaire [...] mais il a fait toutes les époques et c'est ce qui fait la singularité de son histoire. Il est là de la Première Guerre mondiale à la fin des années 1960

En Partenariat avec le journal "La Croix"

▶︎ La chronique de Thomas Legrand : Charles de Gaulle, le catholique (3/8)

Archives

  • Manifestation anti-OAS à la bouche de métro parisienne Charonne, février 1962 
  • Discours du communiste Maurice Thorez, 1958 
  • Discours du Général De Gaulle lors de la signature des Accords d'Evian mettant fin en mars 1962, à la guerre d'Algérie
  • Le président Emmanuel Macron sur ses engagements politiques 
  • Le président Emmanuel Macron sur la politique du "en même temps" et "la prise en compte de la conciliation politique en société"
  • Le président Emmanuel Macron, le 17 mai 2019 : hommage au colonel de Gaulle et la 4e division cuirassé
  • Charles de Gaulle sur la place particulière de la France dans le concert des nations
  • Le Chant des partisans, de la libération, l’hymne de la Résistance française durant l’Occupation (1943)

Programmation musicale 

Julien Clerc - La cavalerie 

Rachid Taha - Ansit

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.