Stéphane Cosme nous donne rendez-vous dans la salle de planétologie du Palais de la Découverte. Devant la grande maquette de la Lune, il discute avec l'astrophysicien Philippe Thébaud des secrets scientifiques que les missions Apollo ont permis de dévoiler.

Photo  d'une pleine lune prise le 17 juillet 2019 à Tours.
Photo d'une pleine lune prise le 17 juillet 2019 à Tours. © AFP / GUILLAUME SOUVANT

La visite commence devant une pierre ramenée par Apollo 17, dernière mission habitée sur la Lune. Elle a été donnée par le géophysicien et astronaute Harrison Schmitt au Palais de la Découverte, pour découvrir ses propriétés physiques. 

Ce genre de matériau a permis de comprendre comment la Lune s'est formée. Selon une hypothèse, 50 millions d'années après la naissance de la Terre, une planète du nom de Théia a percuté la Terre et s'est désintégrée. L'anneau de débris s'est condensé, et a alors formé la Lune.

Il y a aussi les réflecteurs posés sur la Lune : en tirant au laser depuis la Terre, on peut grâce à ces miroirs mesurer au centimètre près la distance de la Lune. Cela a permis de prouver que la Lune s'éloigne de la Terre à raison de quatre centimètres par an. 

Passionné par notre satellite, le planétologue et astrophysicien Philippe Thébaud défend l'exploration complète de la Lune, avant de s'intéresser au reste du système solaire. 

Aller plus loin

Les chroniques De La Lune à la Terre sont podcastables sur le site de France Inter sous une version plus longue de sept minutes.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.